Yaoundé: le café dans tous ses états

 Les multiples dérivés de cette culture présentés hier au public de la capitale à l’occasion de la 6e édition du Festicoffee.

Forte odeur de café dans les couloirs du palais des Congrès de Yaoundé hier. Chaud, froid, mélangé à de la crème ou sous forme de sirop, les exposants du Festival du café (Festicoffee) en avaient pour tous les goûts.

Comme attirés par ces effluves, de nombreux visiteurs affluaient au niveau de ces stands, question de déguster le précieux liquide. Une effervescence que le ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana souhaite observer autour du café camerounais de manière générale.

En effet, d’après le Regard synoptique de l’interprofession sur la campagne caféière (2016-2017), une publication du Conseil interprofessionnel du cacao et du café (Cicc), le Cameroun a produit 20 270 tonnes de café pour le compte de la campagne caféière 2016-2017.

Un résultat en régression comparativement à la campagne 2015-2016 durant laquelle il a enregistré 25 500 tonnes. Malheureusement, seulement 2% de cette production est consommé localement. De quoi sortir des tiroirs l’épineux problème de l’intérêt autour de cette culture.

Véritable plateforme de consommation et de sensibilisation des opérateurs autour des opportunités d’affaires qu’offre le café, le Festicoffee tenu hier à Yaoundé a permis d’évaluer les avancées enregistrées dans la filière. Plutôt satisfaisantes aux dires des différents orateurs du jour.

A savoir, Michael Ndoping, directeur général de l’Oncc, Mouen Bedimo, directeur général adjoint de l’Irad et Omer Maledy, secrétaire exécutif du Cicc.

Ceci, au regard des variétés de semences améliorées mises à la disposition de nombreux caféiculteurs et des initiatives visant à encourager la culture et la consommation du café à travers le pays.

D’après Omer Maledy, l’on enregistre à ce jour l’installation d’une société multinationale et l’organisation en collège de la vingtaine de marques locales de café. Entre autres, Uccao, Kola Coffee, café de Foumban, ou encore Ménage à trois.

Profitant de l’évènement pour lancer officiellement la campagne caféière 2017-2018, le Mincommerce a appelé à un renforcement des mesures visant à accroître la production locale et à accompagner les torréfacteurs camerounais.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie