Ecole nationale d’administration publique du Canada: la délocalisation est effective

Douze participants prennent part à un séminaire de formation sur la gestion axée sur les résultats depuis hier à Yaoundé.

Des hommes et des femmes, tous cadres dans l’administration publique, entreprises publiques et privées assis chacun devant un ordinateur suivent attentivement le cours introductif de Anna Gueye, expert-conseil en gestion et évaluation.

Le démarrage de ce séminaire qui durera deux semaines prouve que la délocalisation de l’Ecole nationale d’administration publique (Enap) du Canada au campus de l’Iftic-sup d’Elig-Essono à Yaoundé est effective. Pour ce premier jour de cours avec pour module de formation, la gestion axée sur les résultats, le niveau des 12 participants est jugé satisfaisant.

« Pour ceux qui n’ont jamais suivi de cours sur la gestion axée sur les résultats, il faut dire qu’ils ont une bonne idée sur la performance des résultats qui sont attendus dans leur milieu de travail. Etant donné qu’ils exercent des fonctions assez précises en termes de résultats souhaités ou attendus. Nous avons commencé par l’introduction en essayant de dégager les grandes lignes.

Nous avons deux semaines pour exploiter ce qu’on entend par ce concept c’est-à-dire sa définition et son contenu afin qu’au terme de cette formation, les engagements pris, même s’ils ne sont pas tout de suite perceptibles, restent un défi à relever », souligne Anna Gueye. Ceci en vue de contribuer au changement souhaité dans les administrations en générale.

Pour Armand Claude Abanda, président du Conseil d’administration de l’Iftic-Sup, cette opportunité permet à tous les Etats de la sous-région Afrique centrale et même au-delà de faire de vraies économies tout comme les apprenants qui n’auront plus à se déplacer à l’étranger pour ce type de formation.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie