Patrimoine culturel: un Centre international à Yaoundé

La structure située au quartier Emana a été inaugurée par le ministre des Arts et de la Culture le 4 avril dernier.

Véritable œuvre architecturale, le siège du Centre international pour le patrimoine culturel et artistique (CIPCA), se dresse fièrement au lieu-dit montée lycée d’Emana à Yaoundé. Les six sculptures en fer montées sur des colonnes en béton de la façade principale en disent long sur ce lieu dédié à la culture.

« Cette maison que nous avons le plaisir d’inaugurer est vouée à l’expressivité de la sensualité artistique, à la sensibilité esthétique des créateurs d’œuvres d’art », a reconnu le ministre des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi, le 4 avril dernier.

C’était dans le cadre de l’ouverture officielle de ce Centre. La cérémonie d’inauguration a regroupé un grand nombre d’artistes et d’invités de marque parmi lesquels, les représentants de la commission nationale de l’Unesco.

Le côté solennel de l’événement a été suivi du vernissage de la toute première exposition abritée par le siège du CIPCA. Intitulée « Poste central(e) », l’expo rassemble des œuvres picturales et sculpturales des artistes Atikin, venue de France et Jean Michel Dissakè Dissakè du Cameroun.

« C’est une exposition qui porte sur l’assemblage et le recyclage. Le fait de réunir deux artistes d’horizons différents est une façon de montrer notre volonté d’ouverture », a expliqué Fabiola Ecot Ayissi, présidente fondatrice du CIPCA et commissaire de l’exposition.

Le CIPCA a pour objectif de devenir un pôle d’excellence de l’expression artistique à l’échelle nationale et internationale. « Le génie n’a ni frontière, ni nationalité. Il se veut héritage, il se veut apanage de l’humanité », a affirmé le MINAC au moment de son allocution. Cette expo inaugurale est un parfait croisement entre deux univers.

Leurs visions se rencontrent et dans une certaine mesure s’influencent. « J’ai essayé d’associer la peinture et la sculpture parce que je veux retrouver le point d’intersection qui existe entre les deux disciplines », a souligné Jean Michel Dissakè Dissakè.

Le CIPCA a accueilli en résidence l’artiste plasticienne Atikin depuis le 20 janvier dernier. Ladite résidence s’achève demain, le 10 avril. Pour François Bingono Bingono, artiste anthropologue, ce siège est le bienvenu dans la vie artistique nationale. « C’est une question de transmission des savoirs de générations en générations.

En Afrique, les gens pensent que les êtres humains sont éternels. Ils sont éternels à travers leurs créations. C’est aussi cela l’importance de l’art », a-t-il souligné. Le CIPCA est une association de droits camerounais qui œuvre à la réalisation des projets culturels.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie