Gestion des réfugiés internes : l’Union européenne offre 13 milliards de F pour le Septentrion

 Priorité sera accordée au redressement économique et social et à la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Dans le cadre de la gestion des réfugiés internes dans la partie septentrionale du pays, plusieurs organismes internationaux assistent le gouvernement camerounais. Parmi eux, l’Union européenne se démarque entre autres.

Etant donné que les personnes réfugiées dépendent majoritairement de l’aide humanitaire, notamment de l’aide alimentaire fournie par le Programme alimentaire mondiale (PAM), dans des régions déjà marquées par les périodes d’insécurité alimentaire et de malnutrition chronique, cette augmentation de la population a généré des déséquilibres socio-économiques, et créée une pression sur les ressources naturelles en entraînant des tensions autour de celles-ci et de l’accès aux services de base (Eau, Hygiène, Assainissement, Santé, Education).

Pour répondre à cette problématique, l’Union Européenne (Ue), à travers le fond fiduciaire d’urgence pour l’Afrique, vient d’accorder un financement de 20 millions d’euros (13 milliards de F CFA environs) à deux consortia composés d’organisation non-gouvernementales locales et internationales, pour la mise en œuvre de deux programmes portant sur le redressement économique et social inclusif, et la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême Nord du Cameroun.

Le premier consortium est constitué d’Action contre la faim (Acf), Première urgence internationale (Pui), Croix-Rouge Française (Crf), Care France (Care) et Solidarités Internationale (SI), et bénéficie d’un financement de 13 millions d’euros (8,45 milliard de Fcfa) sur trois ans pour la mise en œuvre du Programme de Redressement Économique et Social Inclusif et de Lutte contre l’Insécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Territoires du Nord et de l’Extrême Nord (Résiliant).

Le second  est constitué de SNV, Aprospen et Cadepi, et bénéficie d’un financement de 7 millions d’euros (4,55 milliard de FCFA) pour la mise en œuvre du Projet de Renforcement de la Résilience des Populations des Régions Septentrionales au Cameroun (Presec) dont les objectifs sont les mêmes que ceux du programme Resiliant, mais avec des interventions étendues à la région de l’Adamaoua.

Les Actions Resiliant et Presec couvrent 23 communes des régions ciblées et visent à répondre à des besoins identifiés conjointement avec plusieurs Ministère.

La semaine dernière, un comité de pilotage régional a été mis en place à Garoua, avec plusieurs responsables sectoriels, dont le délégué régional du Minepat-Nord. Ce comité a pour objectif de conseiller et d’appuyer les consortia Resiliant et Presec dans la mise en œuvre de leurs  activités et l’atteinte de leurs objectifs visés. Un comité national de pilotage existe également.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie