Le côté jardin des prêtres

 Dans son roman « Des hommes ordinaires », Angie Ekodeck raconte la vie amoureuse des bergers de Jésus-Christ.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

Angie Ekodeck, auteur du roman « Des hommes ordinaires » paru chez Edilivre est loin d’être la première à fouiner dans la vie des prêtres. Une vie qui contrairement à ce que l’on croit est loin d’être un fleuve tranquille.  Ceci parce que, comme tous les hommes, ceux qui portent la soutane ne sont pas épargnés par Cupidon.

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

La preuve, l’ouvrage retrace la double vie de ceux qui ont pour crédo le sacerdoce. Une romance entretenue par l’abbé Mathieu, curé d’une paroisse située à quelques encablures de la ville de Douala et son amoureuse, étudiante rencontrée à la faveur de son retour d’un voyage effectué à l’Ouest.

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

Après avoir assisté aux funérailles  du père de son ami d’enfance, seul dans sa belle voiture française de couleur gris métallisé, M. l’Abbé répond à l’autostop de sa passagère qui deviendra en un laps de temps sa petite amie. Arrivée à Yaoundé, l’idylle prend de l’ampleur et durera une journée le temps pour lui de regagner sa paroisse.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

Une histoire d’amour savamment déroulée en neuf chapitres sur 123 pages. Des instants magiques partagés entre restaurant, cabaret, qui  font rêver l’étudiante. Et le rendez-vous est pris pour une visite de la jeune fille dans sa paroisse.

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

Une fois au presbytère de l’amie de l’abbé, les rêves s’écroulent comme un château des cartes. Indifférence est le maître mot des retrouvailles dans ce lieu sacré au décor particulier invitant au silence. Même l’accoutrement du curé ne joue pas en la faveur de sa visiteuse.

Read also : Council Police: Decentralisation Minister Puts Order

« Matt arborait pour la première fois en ma présence une soutane kaki et des sandales à lanières marron…On aurait dit Jésus de Nazareth que j’avais vu au cinéma, version black !...Il m’apparaissait tout d’un coup plus « sacré » que dans le costume de mon souvenir », raconte-t-elle au chapitre 5.

Read also : Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

Celle-ci découvre d’ailleurs qu’elle n’est pas seule dans son film d’amour via la découverte de sa rivale. Et du coup, des questions qui fusent et hantent son esprit. « Pourquoi m’avoir invitée, moi, sachant qu’elle était là, et surtout pourquoi chercher à nouer une autre relation alors qu’il s’affichait avec une femme si parfaite », s’interroge-t-elle. Contrairement à ses attentes, la jeune dame rentra déçue du comportement de son bien aimé.

Read also : Lionnes indomptables: Les leçons d’une élimination

« Je n’avais cessé de sublimer par avance nos retrouvailles, jusqu’à mon arrivée à Kouade, et le désenchantement », déplore-t-elle avec amertume. Depuis lors, elle a cessé de croire comme les enfants qui finissent par découvrir la supercherie du père Noël.

Read also : Chemin de fer: Il est urgent de sécuriser

En rencontrant l’ami d’enfance de son amoureux, l’abbé Nico, l’étudiante découvre que, lui aussi n’était pas un enfant de chœur au regard de sa réputation de play-boy.

Read also : Délinquance en milieu scolaire: Des solutions en débat

Dans ce roman, Angie Ekodeck égraine avec froideur et éloquence le chapelet des aventures amoureuses cachées des prêtres. Des aventures qui constituent le menu des potins de l’église.

Read also : Ouverture démocratique: 30 ans de multipartisme

Des aventures qui n’épargnent même pas les prélats européens comme le prouve la relation de Jana et du père Kramer. A travers ce sujet tabou, la narratrice remet au goût du jour la question du célibat des prêtres.

Read also : Dérives scolaires: Les évêques inquiets

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category