Examen d’accès à la profession d’avocat: les résultats divisent les professionnels

Une polémique est née du taux d’échec à l’examen d’admission à la profession d’avocat, organisé en février dernier : 66% avec 1341 candidats contre 474 admis. D’aucuns s’interrogent sur le niveau des stagiaires et d’autres sur la qualité de leur encadrement par les parrains. Les malheureux candidats indexent la rigueur qui a entouré la sélection.

Ils expliquent que l’examen est un test de connaissances et non un concours. Ils décrient la durée de leur stage, trois ans, alors que la loi qui organise la profession la fixe à deux ans. Me Ngnie Kamga, le bâtonnier, persiste et signe que devenir avocat au Cameroun devra se mériter parce qu’il y a la crédibilité de la corporation et la qualité de la justice à défendre. 

Son confrère Me Fojou précise : « Le niveau des candidats, de manière générale est déplorable. On s’interroge de plus en plus sur leur cursus universitaire. Plus grave, la plupart des stagiaires brillent par leur absence en cabinet et aux audiences pendant la formation ». Cameroon Tribune a approché Me Emmanuel Mbiam, avocat chevronné, député à l’Assemblée nationale pour édifier les lecteurs sur le sujet.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie