Conservation de la faune sauvage: la lutte va reprendre

La nouvelle équipe de l’organisme y dédié entend redynamiser ses activités.

La conférence extraordinaire des ministres de l'Organisation pour la conservation de la faune sauvage en Afrique (Ocfsa) l’avait déjà souhaité au cours de sa rencontre du 26 octobre 2017 et le ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun, Jules Doret Ndongo l’a redit lundi dernier au cours de l’installation de la nouvelle équipe dirigeante.

Il est question d’impulser le processus de redynamisation de cet organisme chargé de lutter contre le braconnage transfrontalier et le trafic des produits de la faune auxquels font face les pays du Bassin du Congo. Le Cameroun a engagé beaucoup trop de moyens financiers dans la relance de cette institution pour que ses objectifs ne soient pas atteints.

La nouvelle équipe installée lundi dernier en a conscience. La tâche s’annonce immense mais le nouveau secrétaire permanent, Ibrahim Linjouom, sait pouvoir y arriver. « En tant que secrétaire permanent de l’Ocfsa, je suis conscient du défi qui est celui du commerce illicite des produits de la faune et de la flore et des produits qui en sont issus. Nous avons également le problème de la circulation des armes à feu qui ont créé des clans de banditisme qui développent ces derniers jours le grand braconnage », a-t-il indiqué.

Il sera assisté à cette tâche de Benadjim Ngakoutou (Tchad) comme directeur technique et du Centrafricain Boyos Ahoko comme administrateur comptable. Ils auront par ailleurs pour mission de mobiliser les financements des pays membres. « Nous allons tendre les mains aux partenaires et nous comptons sur la Ceeac qui est le bras séculier.

D’ailleurs la conférence des ministres du 26 octobre 2017 a recommandé qu’une fois installé, nous puissions créer un lien juridique avec cette institution parce qu’elle a développé une stratégie de lutte anti braconnage», a rappelé  Ibrahim Linjouom.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie