Prise en charge du Vih/Sida : les nouvelles orientations du Minsanté

 Les responsables du Comité national de lutte contre la maladie ont entretenu les hommes de médias sur les nouvelles méthodes  hier à Yaoundé.

La prise en charge des malades du Vih/sida s’améliore au Cameroun. Le 16 février dernier, le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda a signé une circulaire qui régit de nouvelles orientations du traitement du Vih/Sida. Hier, à Yaoundé, au cours d’une conférence de presse, les responsables du Comité national de lutte contre le Sida (Cnls) ont entretenu les hommes de médias sur ces nouvelles approches de lutte contre la mortalité liée au Vih/sida.

Au cours de l’entretien, Dr Florence Ze Kakanou, sous directeur de la lutte contre le Vih au Cnls s’est appesanti sur les points importants de cette décision du Minsanté. Ainsi, l’article 1 de cette circulaire porte sur la réorganisation de l’offre de service de prise en charge du Vih dans les formations sanitaires du Cameroun.

Il indique que désormais, ces centres de formations de la première catégorie jusqu’à la cinquième, sont désormais agrées à offrir les services de prise en charge globale du Vih aux adultes, femmes enceintes et enfants.

Concernant la prise en charge, elle doit être faite selon l’approche « Traitement pour tous » celle-ci consiste à mettre le patient sous traitement ARV aussitôt détecté comme séropositif. Dr. Florence Ze Kakanou est également revenue sur la procédure de prise en charge qui se fait en trois volets : le dépistage gratuit pour les femmes enceintes, les enfants âgés de moins de 19 ans, les prisonniers et les personnes vulnérables. Au prix de 500 F pour les autres catégories de personnes. La mise sous traitement doit se faire avec un accompagnement psychologique.

Le troisième point de la prise en charge est la rétention qui consiste en un suivi permanent du malade à travers différents Checkups afin de surveiller l’évolution de la maladie.

« Si ces méthodes respectées nous sommes certains d’atteindre les objectifs fixés par l’Organisation mondiale de la santé, d’ici 2030, à savoir : 90%  des personnes vivant avec le Vih connaissent leur statut sérologique. 90% de toutes les personnes infectées par le Vih dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable. 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée », a souhaité la responsable.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie