Paix et stabilité en Afrique: les recettes de la citoyenneté

La 5e session de l’Ecole citoyenne et politique de Yaoundé qui s’est clôturée jeudi, s’est penchée sur ce concept.

Le panel d’intervenants était relevé. Des universitaires qui animent l’espace socio-politique dans la sous-région et qui se sont mis ensemble pour produire un sens positif, clé de la résorption des crises et conflits en Afrique. Sous la coordination du Pr. Nadine Machikou, directeur scientifique de la session, tous ont donné un contenu au concept de la citoyenneté, durant quatre jours de travaux. 
Dans une approche problématique, les experts se sont, par exemple, interrogés sur les corrélations entre la sauvegarde de la citoyenneté et le management de la paix. Et de l’observation à partir de la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire et de celle politique de 2013 en République Centrafricaine, les uns et les autres ont plaidé pour une prise en compte de la dimension citoyenne dans la gestion de la paix. De plus, un constat s’est imposé : celui de repenser la « citoyenneté héritée », en intégrant les valeurs issues des traditions et cultures africaines de la paix sociale. Il s’est donc imposé comme une recommandation évidente de promouvoir l’éducation de la masse sur la notion de citoyenneté. Au niveau de l’intégration régionale, les prescriptions issues des différents ateliers soulignent la nécessité d’intensifier les relations entre Etats. Subséquemment, « les membres de nos Etats doivent être des citoyens responsables, au risque d’être des menaces à la paix », plaide un intervenant. 
La cinquième session de l’Ecole citoyenne et politique de Yaoundé (ECPY), a eu le mérite de « jeter les bases de la quête ou de la consolidation d’une paix durable en Afrique », reconnaît le Pr. Jean Emmanuel Pondi, directeur scientifique de l’ECPY. Pour lui, le potentiel préventif de la citoyenneté, de la responsabilisation du citoyen, est capital dans la stabilité du continent. Qu’il s’agisse de la construction du vivre-ensemble communautaire, du renforcement de la cohésion nationale, le citoyen est au cœur du schéma du politique. Et le promoteur, l’honorable Vincent de Paul Emah Etoundi, président du bureau exécutif de l’ECPY, d’insister sur le risque d’instrumentalisation du citoyen par le politique. Une alerte.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie