43e conférence épiscopale nationale: les évêques pour la paix

Au terme des travaux samedi dernier à Yaoundé, ils ont appelé la communauté nationale à se mobiliser pour un Cameroun paisible.

Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC), a présidé du 8 au 14 avril 2018 à Yaoundé, les travaux de la 43e assemblée plénière des évêques du Cameroun. Assemblée à laquelle ont participé, outre les archevêques et évêques, les secrétaires et les membres des 14 commissions épiscopales fonctionnelles à la (CENC).

Les travaux qui se sont achevés samedi dernier à Mvolyé ont porté sur l’évaluation de la vie de l’Eglise catholique au Cameroun à travers les rapports de chaque commission. Les évêques ont donné des orientations en lien avec leurs objectifs spécifiques dans la mission de l’Eglise.

Au cours de l’assemblée, les évêques ont également abordé et analysé certaines questions d’intérêt pour l’Eglise et la nation camerounaise. Autre point crucial, l’exhortation par Mgr Ambrosini, chargé d’affaires ad intérim à la nonciature apostolique au Cameroun.

En s’inspirant de l’enseignement du Pape François, il est revenu sur la mission de l’Eglise en tant que porteuse du message d’un évangile transformateur de la société camerounaise pour plus de justice et de paix. Mgr Samuel Kleda a à son tour invité les membres de la CENC à un rassemblement dans la joie de la résurrection du Christ, tout en plaçant les travaux sous le signe de la fraternité.

Abordant certaines questions qui préoccupent l’Eglise et l’ensemble des Camerounais, il a appelé à une mobilisation des énergies pour une prise en charge efficiente des aspirations des jeunes en butte aux dures réalités de la vie.

Pour lui, l’an 2018 consacré aux élections dans notre pays se présente par conséquent comme une année au cours de laquelle tous les Camerounais doivent se mobiliser pour choisir des hommes et femmes à mesure de se mettre au service du peuple.

Sur la crise politique qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud- Ouest, affectant ainsi la vie sociale et en particulier l’éducation, les évêques souhaitent une analyse approfondie des causes de cette crise et lancent un vibrant appel aux garants de la sécurité pour qu’ils assurent les conditions de paix en faveur d’un retour des populations déplacées.

Ils demandent encore une fois de plus aux parents de ramener leurs enfants à l’école, gage de leur avenir et exhortent tous les protagonistes de la crise à abandonner toutes sortes de violences. Quant aux fidèles, ils sont invités à prier pour la paix dans notre pays de façon plus intense.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie