Manuels scolaires et matériels didactiques: le Conseil national d’agrément fait le point

1 428 manuels de 123 éditeurs proposés pour l’année scolaire 2018/2019 seront passés au peigne fin au cours des travaux qui ont commencé hier à Yaoundé.

Le Conseil national d’agrément des manuels scolaires et matériels didactiques, est réuni en session de plein droit et pour sa 15è session ordinaire depuis hier à Yaoundé. Au menu des travaux ouverts par le ministre de l’Education de Base, Youssouf née Adidja Alim, et qui s’achèvent le 4 mai prochain, la sélection des livres scolaires et matériels didactiques pour l’année scolaire 2018/2019. Le Conseil va ainsi plancher sur 1 428 ouvrages proposés par 123 éditeurs.

En ouvrant les travaux, le ministre de l’Education de base était on ne peut plus consciente de l’importance de l’enjeu de cette session sur la bonne marche de notre système éducatif. C’est pourqoi elle a demandé aux évaluateurs de faire preuve « d’objectivité, d’intégrité, d’équité, de patriotisme et de rigueur pour garantir la compétitivité du système éducatif ».

Le travail en équipe et en synergie s’impose à eux, pour des ouvrages à choisir se devant de renvoyer l’apprenant à son environnement, tout en l’ouvrant au monde extérieur et en tenant compte du contexte socioéconomique. Pour cela, la nouvelle équipe à la tête du Conseil devra capitaliser l’expertise de l’équipe sortante, tirer les leçons des sessions précédentes avec pour boussole, probité et rigueur pour répondre aux nombreuses sollicitations à venir.

Le président du Conseil national d’agrément des manuels scolaires et matériels didactiques, Jean Paul Komon, tout en s’appesantissant sur le processus de restructuration et de modernisation en cours, a insisté sur la nouvelle option qui se veut institutionnelle et opérationnelle. Institutionnelle parce que la tutelle du Premier ministère lui assure une action pertinente et efficace.

Opérationnelle car désormais, l’achat d’appel à manifestation par les éditeurs est désormais obligatoire, favorisant un écremage et une prise en charge partielle financière, pour plus de transparence et d’objectivité. Les éditeurs ont ainsi la possibilité de s’autoévaluer et même de contester l’évaluation.

Il s’agit d’améliorer la qualité de la formation de notre jeunesse avec des manuels accessibles et disponibles, au contenu épistémologique de qualité et de fabrication irréprochable. Les enjeux sont donc importants et délicats.

Tout sera mis en œuvre pour ne retenir que le meilleur de chaque manuel, détaché de tout intérêt partisan. C’est donc une nouvelle ère du manuel scolaire qui devrait s’ouvrir, à condition que chacun prenne l’entière mesure des défis à relever.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie