« Le secteur éducatif doit s’arrimer au numérique »

Meeting Point

Yann Nkengne, PDG de la start-up EduAir.

Pourquoi avez-vous fondé la startup « Kwiizi » devenue « EduAir » ?

L’idée est venue du fait que je voulais créer une bibliothèque numérique pour mon club informatique, où on consulterait des documents à jour dans notre domaine sur un réseau intranet. C’était un succès. Car le principe était très simple et l’apport très bénéfique au sein de notre documentation. J’ai décidé par intuition de porter cette idée un peu plus loin pour résoudre justement ce problème de documentation numérique au dépend de la connexion Internet onéreuse. Ainsi, j’ai donné un nom « Kwiizi » (« Quiz » et « i » pour faire jolie) et ensuite j’ai joint un incubateur, puisque c’était la mode et que je voulais être sûr d’avoir les armes pour mener à bien ce projet à caractère digital.

Comment fonctionne votre entreprise actuellement ?

Aujourd’hui, EduAir produit la EduAirBox, une boîte de la dimension d’un powerBank de poche qui émet sont propre Wifi et permet aux élèves et étudiants d’y accéder sans connexion Internet pour avoir accès à son contenu hébergé (Mooc, cours vidéos, PDF, schémathèque, annales...). Elle remplace complètement les bibliothèques classiques qui coûtent très cher et prennent de l’espace et du personnel. Une Box ne demande qu’une prise électrique et le reste se passe dans les airs d’où EduAir. Depuis le début de cette année, une version pour établissements secondaires a vu le jour et nous travaillons sur une version pour les entreprises depuis deux mois, que nous souhaitons terminer dans deux semaines.

Le secteur de l’éducation au Cameroun est-il prêt pour le défi du numérique ?

Le secteur éducatif au Cameroun n’a pas le choix, car parler du numérique revient à mettre sur la table des questions d’ordre économique, durable et environnemental. Aujourd’hui, on vire tous vers le numérique, pas parce que c’est « cool » ou que c’est un phénomène de mode, mais parce que ce secteur coûte moins cher et présente en plus des avantages énormes.

Vous êtes également développeur pour Wikimedia. Comment conciliezvous cette tâche avec votre casquette de CEO chez EduAir ?

EduAir me prend énormément de temps, si bien que je me suis éclipsé des activités de la fondation Wikimedia. Mon absence n’est pas totale cependant, puisque depuis le 9 avril dernier, je suis en Suisse pour apporter mon expérience à un projet de la fondation Wikimedia qui s’appelle « Kiwix ». C’est un projet similaire à EduAir qui offre Wikipedia sans connexion Internet.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie