Sniper Crew: l’intégration par la danse

Le groupe a présenté sa dernière pièce le 21 septembre dernier dans le cadre du projet « Découverte » de l’Institut Goethe à Yaoundé.

Pourquoi se conformer aux règles établies par les autres ? Pourquoi ne pas s’imposer avec ce qu’on a, casser les codes avec nos valeurs, notre savoir-faire? Des questions auxquelles a répondu la Compagnie Sn9per Cr3w (à lire Sniper Crew), lauréate de la plateforme « Découverte » 2016 de l’Institut Goethe. Réponse donnée avec sa danse de création « Intégration », dévoilée au cours d’un spectacle le 21 septembre dernier à Yaoundé. Pour imposer sa touche, le groupe choisit de danser sans musique. Pourtant sur la scène, il y a bien une radio que le quatuor se dispute en émettant des cris et des soliloques en langue foulbé. Une attitude intrigante qui illustre la nécessité de préserver son identité, dans une société soumise à de nombreuses influences. 
Avec une chorégraphie mêlant synchronisations et improvisations, les quatre danseurs (Roland Alima, Aboubakar Sidiki, Anicet Ngaba et Timothée Noah) à force de gestes ont su impressionner l’assistance. Le public a voyagé entre différentes danses : Bafia, Ngoumba, mais aussi la danse sénégalaise et urbaine. Les artistes ont su accrocher le public, tout de même choqué à en croire les cris, lorsque les danseurs ont pressé leurs t-shirts, laissant dégouliner une pluie de sueur. Plutôt osé ! Le message véhiculé est pourtant intéressant : ne pas oublier d’où l’on vient, malgré les épreuves qu’on traverse. Au bout de cinquante minutes de spectacle, c’est en applaudissant que l’assistance a tenu à afficher son satisfécit, faisant fi du froid glacial de la nuit. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie