Gabon: un fonds pour développer l’arrière-pays

Le président Ali Bongo Ondimba a lancé le week-end dernier le Fonds d’initiative départementale visant à accélérer le processus de décentralisation.

Le chef de l’Etat gabonais a procédé le week-end dernier à Franceville dans la province du Haut-Ogooué au lancement du Fonds d’initiative départementale (FID). D’un montant de 48 milliards de F, ce fonds est appelé à impulser le développement dans les 48 départements que compte le pays.

Soit un milliard de F pour chaque département. Cette mesure qui est la traduction concrète d’une des nombreuses promesses faites par Ali Bongo Ondimba lors de son discours à la nation le 31 décembre dernier couvrira divers domaines.

«C’est désormais autour de ce mécanisme innovant que se dessine l’action publique qui doit contribuer au développement socio-économique du pays (…) Les jeunes Gabonais ne doivent pas avoir pour seule perspective de rejoindre Libreville ou Port-Gentil pour y travailler et faire carrière. Ils devront demain pouvoir le faire dans bien d’autres endroits de notre pays. C’est cela ma vision du développement du Gabon pour les nouvelles générations», a lancé le président gabonais. Véritable catalyseur du processus de décentralisation, le FID cible les priorités des populations. «Les populations vont réfléchir.

Elles vont donner deux ou trois choix au préfet sur ce qu’elles veulent faire. Le préfet va les amener au niveau du gouverneur. Lorsque tous les projets seront arrivés au niveau du gouvernorat, le gouverneur réunira tous les préfets, tous les élus locaux de tous les départements de la province en une sorte de conseil provincial. C’est là que se fera l’adoption de tous les projets qui seront envoyés après vers Libreville (…) Le Premier ministre et moi-même allons revoir tout cela.

Puis, nous allons donner l’ordre de décaisser», a expliqué Ali Bongo Ondimba. Mais, Ali Bongo Ondimba a surtout regretté des pratiques peu orthodoxes de certains gestionnaires qui, par le passé, ont émaillé le bon déroulement des initiatives similaires visant une amélioration des conditions de vie des populations.

«La gestion subjective et calamiteuse par les leaders politiques provinciaux qui, dans bien des cas, ne se sont jamais souciés des vraies préoccupations et besoins des populations locales», a été condamnée par le président Ali Bongo Ondimba. Fort de ce constat d’échec, il s’est voulu ferme. « Pour ceux qui voudraient s’amuser, attention! Mamba (Opération anticorruption, Ndlr) veille», a prévenu le président gabonais.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie