Production et transformation de manioc: l’expertise américaine sollicitée

Peter Henry Barlerin, l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun était en visite de travail, le 19 avril dernier à Ngoulemakong dans le département de la Mvila.

Read also : Médias : la crédibilité de l’information en question

«Socoopromam : le manioc, c’est notre affaire ». Le slogan sert de ralliement au millier de membres de la Société coopérative des producteurs de manioc de l’arrondissement de Ngoulemakong (Socooproman). Ce 18 avril est un jour inoubliable, pour les producteurs de manioc de cet arrondissement de 18.000 habitants, département de la Mvila, région du Sud.

Read also : Oil Transportation : New Quay Goes Operational

Ceux-ci ont accueilli celui qu’ils ont appelé, leur « grandami », l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Peter Henry Barlerin effectuait, en présence du gouverneur Félix Nguélé Nguélé, une visite de travail dans l’arrondissement. Le diplomate a visité quelques réalisations de la coopérative dont un champ à bois pour la semence de manioc de 10 hectares et l’unité de transformation et de commercialisation du manioc de Ngoulemakong (Utracom).

Read also : Animation politique : les médias à la rescousse

Selon Angeline Akoa, le PCA de la Socooproman, son organisation est issue de la fédération des unions de femmes agricultrices de Ngoulemakong depuis 2008. Depuis une décennie déjà, cette structure de développement mène des activités à plusieurs niveaux à savoir : production, transformation, commercialisation, encadrement de ses membres, formation et développement des activités connexes.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

C’est dans ce contexte que l’Utracom a vu le jour. De nombreuses et importantes autres structures ont également été mises sur pied.

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

Notamment, une caisse villageoise, une maison du planteur. En perspective, la coopérative compte s’investir dans la construction d’une usine de transformation de manioc en farine pâtissière, tapioca et en amidon industriel. Et, pour y parvenir, il lui faut des partenaires de poids.Ce qui justifie la main tendue de l’ambassade des Etats-Unis.

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

Avant de se séparer de ses hôtes, le diplomate a reconnu que les activités de cette organisation s’inscrivent dans l’objectif de la représentation diplomatique qu’il dirige, visant à aider leurs partenaires à s’autonomiser et à créer leurs propres opportunités de développement.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category