Chirurgie endoscopique: les efforts d’arrimage du Cameroun célébrés

C'était hier à l'ouverture solennelle du congrès mondial spécialisé présidé par le Premier ministre Philemong Yang, représentant personnel du chef de l'Etat.

La grande famille mondiale des médecins, chercheurs et autres scientifiques spécialisés en gynécologie et chirurgie endoscopique s’est réunie dans les locaux du palais des Congrès de Yaoundé, hier. C’est dans le cadre de l’ouverture solennelle des travaux d’un congrès international axé sur la prise en charge de différentes affections gynécologiques par une technique chirurgicale mini invasive.

La cérémonie était présidée par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, représentant personnel du chef de l’Etat, Paul Biya.

Au menu de cette séquence essentiellement protocolaire, des discours : six au total. Après le traditionnel mot de bienvenu du délégué du gouvernement auprès de la Cuy, Gilbert Tsimi Evouna, le président de la Société africaine de chirurgie endoscopique, Pr Jean Marie Kasia, est rentré dans le vif du sujet.

Entre rappels historiques et hommage appuyé au couple présidentiel, Chantal et Paul Biya, ainsi qu’au défunt Pr Maurice-Antoine Bruhat, inventeur de la chirurgie endoscopique en gynécologie, il a révélé l’implication de ces mécènes pour la mise en oeuvre de la technique révolutionnaire au Cameroun.

« Cette cérémonie présidée par le Premier ministre au nom du chef de l’Etat est un indicateur majeur de l’intérêt que le président Paul Biya et son épouse accordent au sujet qui nous réuni ce jour […]

La présente rencontre devrait servir à permettre aux scientifiques camerounais d’accéder à ces techniques nouvelles qui font des merveilles en préservant le corps des femmes, tout en étant une solution économique », a succinctement déclaré Pr Jean Marie Kasia.

Encourageant le Cameroun dans la voie qu’il s’est choisi de rendre ces techniques de pointe accessibles pour le plus grand nombre, Pr Victor Gomel du Canada a indiqué : « Les jeunes étudiants de médecine, c’est le futur de la médecine.

C’est à nous les professeurs de leur donner la vision, la passion, le pouvoir, pas seulement comme technocrates, mais comme être humain par la transmission des savoirs ». De Dr Franklin Loffer, président de la Société américaine de gynécologie à Dr Robert O’Shea, président de la Société internationale de chirurgie endoscopique, en passant par Pr Keïta, président de la Société africaine de gynécologie obstétrique, tous ont célébré les efforts du Cameroun de partager les compétences en coelio- chirurgie en Afrique noire.

« Il n’y a pas d’avenir individuel pour aucune de nos sociétés savantes. Les partenariats entre nos institutions sont nécessaires car notre avenir dépend des progrès scientifiques que nous ferons ensemble », a insisté Pr Keïta.

Une vision qu’a largement partagée le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, tout en soulignant l’affirmation quotidienne du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine Paul et Chantal Biya (Chracerh) en Afrique centrale comme une illustration de la ferme résolution du chef de l’Etat d’assurer la prise en charge de la santé de la femme camerounaise, sur la plateforme des soins les meilleurs.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie