Lutte contre le paludisme: des avancées perceptibles

Hier, le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda a révélé que depuis 2016, le taux de mortalité est passé de 25 à 12, 8 % au Cameroun.

Les stratégies mises en place par le gouvernement camerounais et ses partenaires pour vaincre le paludisme portent des fruits. Hier, à Yaoundé, lors de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre cette maladie, le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda a dressé un état des lieux positif.

C’était en présence de son homologue Issa Tchiroma, ministre de la Communication et plusieurs autres hauts responsables engagés dans la lutte contre le paludisme.

A en croire André Mama Fouda, « Depuis 2016, nous enregistrons 10% de la population qui fait des épisodes de paludisme par an. C’est un grand pas, car il n y a pas longtemps, le Cameroun enregistrait 30% de la population qui souffrait de cette maladie ».

Pour ce qui est du taux de mortalité, des avancées intéressantes sont également enregistrées. « Nous constatons aussi que le taux de mortalité qui était de 25% est aujourd’hui dans l’ordre de 12% », a révélé André Mama Fouda. Pour y arriver, le gouvernement et ses partenaires ont pris le problème à bras le corps et ont mis en place des stratégies bien ficelées.

D’abord, il était question d’établir un système de gratuité dans les hôpitaux pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans. Deux grandes campagnes de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées ont été organisées.

Au cours de la première en 2011, huit millions de moustiquaire ont été offertes et pendant la deuxième phase de 2015 à 2016, 12 millions de moustiquaires ont été distribuées aux populations. Concernant la prise en charge, les coûts de diagnostics ont été ramenés à des sommes allant entre 200 et 250 F dans les hôpitaux publics.

Certes la lutte contre la maladie au Cameroun avance, mais beaucoup reste à faire pour atteindre les objectifs fixés par l’OMS : l’éradication complète du paludisme en Afrique et au Cameroun en particulier. C’est ainsi que André Mama Fouda a annoncé que les prochaines stratégies, seront axées sur la lutte anti vectorielle et la maîtrise de la prise en charge.

« Une troisième campagne de distribution des moustiquaires imprégnées est prévue pour 2019. Pour les régions du Nord et de l’Extrême-Nord, en dehors

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie