Examens et concours 2018: l’Education de base est prête

 Le ministre Youssouf Adidja Alim rassure quant aux dispositions pédagogiques et sécuritaires prises pour un déroulement serein  des sessions de 2018.

En ce début de saison des examens et concours, le ministre de l’Education de base, Youssouf Adidja Alim rassure : « Les examens et concours ne se préparent pas seulement en fin d’année. C’est pendant toute l’année qu’il faille prendre les dispositions pour la couverture des programmes, et d’une bonne conduite des examens sur le plan pédagogique.

Nous travaillons sur les dernières dispositions qui s’imposent. Psychologiquement et pédagogiquement, nous sommes prêts ». Cette déclaration a été faite hier face à la presse à l’occasion de la réunion d’évaluation à mi-parcours de l’année scolaire 2017-2018 et préparatoire aux examens et concours de la session 2018.

L’attention a davantage été portée sur les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à la crise sécuritaire. A ce niveau également, il existe des mesures spécifiques.

« Toutes les dispositions sécuritaires ont été prises par le gouvernement pour une conduite sereine des examens et concours  dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et même de l’Extrême Nord » a affirmé le ministre de l’Education de base. Les responsables des services déconcentrés du Minedub confirment d’ailleurs cette information.

« On a plus de 25 600 élèves déjà inscrits pour les différents examens et concours. Les centres d’examens sont prêts et le gouverneur du Sud-Ouest a été saisi pour la couverture sécuritaire de tous les centres d’examens de la région », a expliqué Dorothy Motaze, délégué régional de l’Education de base du Sud-Ouest.

Le bilan à mi-parcours de cette année scolaire est  positif, avec 80% de taux couverture des programmes scolaires au niveau national. Les 20% restant seront complétés d’ici la fin d’année scolaire. Au regard des statistiques données par l’inspecteur de pédagogie chargé des TIC, Dr Michael Nkwenti, seules les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest enregistrent un taux de couverture des programmes compris entre 60 et 65%. Cette contre-performance est attribuée à la crise anglophone qui y sévit depuis bientôt deux ans.

Le ministre de l’Education de base a pris toutes les dispositions nécessaires pour leur permettre d’être à jour. « Sur instructions du ministre, une heure de cours supplémentaire a été ajoutée à chaque journées de classe. Ils ont aussi des cours les samedis », a indiqué Dr Michael Nkwenti. Ces assises qui regroupent les responsables des services centraux et déconcentrés du Minedub s’achèvent aujourd’hui.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie