500 F le kg de linge

 C’est le tarif de nettoyage des vêtements proposé par une catégorie de pressings dans la ville de Yaoundé.

Quartier Ekié à Yaoundé. Une structure d’entretien de vêtements avec l’inscription « Pressing à 500F le kilo » accueille les clients. A l’intérieur, rien d’exceptionnel juste la présence d’une balance dans un coin de la salle qu’on ne rencontre pas dans certains pressings.

Dans cette structure, les prestataires proposent trois différents services. Le 1er est un lavage simple, comparable au prestation de buanderie, dont le kg est à 500F. «  L’idée du choix du pesage et du kilo à 500F résulte d’une  volonté à pouvoir satisfaire toutes les bourses sociales », confie un des employés dudit pressing.

« Le kilo à 500F signifie tout simplement qu’après la pesée, la machine lave et essore le linge, puis le client récupère pour aller le sécher chez lui », explique l’employé.

Le second service compile le lavage et le séchage. Le kilo est fixé à 1000F. Le 3e service quant à lui, appelé service de pressing consiste au lavage, séchage et au repassage qui revient à 1500F le kg. Cependant certains vêtements comme des ensembles vestes et autres vêtements de valeur ne sont pas pesés.

Une politique qu’a adoptée une autre structure de nettoyage de linge au lieu-dit Tropicana au quartier Mvan. Ici on ne fait pas sur du pesage mais sur l’estimation par pièce à hauteur de 500F voire 800F, selon la qualité du vêtement. Ici aussi, les habits de qualité sont également surestimés par rapport aux autres.

De nouvelles politiques de lavage qui séduisent plus d’un. Commerçant et client, chacun  trouve son compte « On reçoit un bon retour des clients mais davantage des ménagères. Elles apprécient ce système de lavage en kg et le trouvent très économique et rapide », ajoute notre interlocuteur.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie