Intégration nationale: Ketté, ce carrefour

 Le ministre de la Jeunesse, Mounouna Foutsou, a procédé mercredi dans cette localité de la région de l’Est, au lancement officiel des festivités civiles.

Même la pluie battante sous laquelle est arrivée la délégation du ministre de la Jeunesse et de l’Education civile (MINJEC), Mounouna Foutsou, n’aura pas réussi à doucher l’enthousiasme des populations de Ketté. Celles-ci se sont fortement mobilisées pour l’arrivée du MINJEC, accompagné du gouverneur de la région de l’Est, Grégoire Mvongo.

Habitants et élèves, massés le long du trajet du convoi ministériel ont applaudi et manifesté leur attachement aux valeurs républicaines. Le temps d’une journée, Ketté, arrondissement du département de la Kadey dans la région de l’Est, est devenu la capitale du vivre-ensemble et de l’unité nationale.

Ce, à l’occasion du lancement officiel des festivités de la 46è fête nationale sur le thème : « Citoyens camerounais, restons unis dans la diversité et préservons la paix sociale pour un Cameroun stable, indivisible et prospère».

Une cérémonie généralement délocalisée et rotative, afin de toucher du doigt les réalités locales du Cameroun profond, de communier dans un sentiment d’appartenance à la même nation avec les populations locales, de promouvoir et consolider la paix, l’unité, le vivre ensemble harmonieux, la solidarité, la cohésion sociale et la dynamique de l’intégration nationale.

Le choix de Ketté ne relève donc pas du hasard. La localité est une illustration parfaite du vivre-ensemble harmonieux prôné par le chef de l’Etat. Ici, vit une population cosmopolite constituée principalement des Gbaya, Foulbé, Bororo, Kako, Bamiléké, Bamoun, etc. Tous contribuent à promouvoir le multiculturalisme et le vivre-ensemble harmonieux.

Par ailleurs, la localité peuplée d’environ 31.000 âmes, accueille aussi quelque 13.000 réfugiés centrafricains. Et, même si cette pression démographique entraîne des difficultés dans la vie quotidienne, la coexistence pacifique entre les populations n’a jamais été mise à mal.

Dans son adresse, le MINJEC a notamment insisté sur le thème de la célébration cette année. « Ce thème nous rappelle de façon pertinente, sans surprise, le contexte sociopolitique de diversité culturelle ambiant et délicat de notre nation.

Aussi, il nous appelle à plus de vigilance et d’efforts ardus pour la préservation ainsi que la consolidation de ce riche héritage de l’histoire de notre cher et beau pays », déclare Mounouna Foutsou.

Par ailleurs, afin de soulager les difficultés des populations vulnérables, divers dons ont été remis. Entre autres, aux bénéficiaires des projets filets sociaux, des équipements agricoles aux jeunes bénéficiaires du Fonds national d’insertion des jeunes, etc.

Le lancement officiel a été précédé d’activités de volontariat, de solidarité, ainsi que celles tenues dans le cadre des Journées du vivre ensemble camerounais.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie