« Entre 800 et 1000 nouveaux cas chaque année »

 Dr. Angèle Hermine Pondy, Hémato oncologue, pédiatre et chef de service au Centre mère-enfant à la Fondation Chantal Biya (FCB).

Quel est l’état des lieux du cancer chez l’enfant au Cameroun ?

Actuellement, nous ne disposons que de statistiques hospitalières. Mais, quand on observe la population pédiatrique du Cameroun qui a la base  plus large que le sommet, on devrait avoir entre 800 et 1000 nouveaux cas de cancers chaque année. Au Centre mère-enfant de la Fondation Chantal Biya, nous tournons autour de 130 à 150  nouveaux cas  de cancer chaque année. A l’hôpital baptiste, les chiffres tournent autour de 200 cas par an. On pense qu’avec cet atelier, grâce aux formations reçues, sur la décentralisation de la prise en charge et au diagnostic facile, on pourra avoir des chiffres réels d’ici deux ans.

Quelles sont les motivations d’une telle rencontre ?

Ce premier colloque va nous permettre  de chercher des solutions sur comment parvenir à la prise en charge parfaite des enfants. Ceci parce que quand le cancer est bien traité, on est à 95 % de guérison de certains et à 70% chez d’autres. Pris en charge très tôt, il est guérissable. On ne doit plus le considérer comme une fatalité. Pour arriver à cela, il faut trouver des stratégies pour cette prise en charge. Au Cameroun, il y a des oncologues qui font de bonnes choses et on s’est dit qu’en mettant nos savoirs ensemble, on pourra améliorer les diagnostics par des meilleurs protocoles.

Quels sont les causes et les cancers les plus récurrents chez l’enfant ?

Le cancer chez l’enfant n’a pas de cause. Il y a très peu de facteurs à risque. La plupart de temps, ce sont des tumeurs embryonnaires qui surviennent lors de la formation de l’embryon ou l’embryogenèse. Lorsqu’on a de vrais jumeaux, par exemple si l’un est atteint d’une leucémie, l’autre a de fortes chances à 100 % d’être atteint aussi. Ce qui prouve qu’il s’agit d’un phénomène génétique. Ce sont des maladies spontanées qui arrivent comme ça.  C’est pourquoi les parents ne devraient pas se culpabiliser. A chaque diagnostic, nous les rassurons de ce que  nous savons les traiter.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie