Lutte contre les maladies animales: l’Union européenne accompagne le Cameroun

 C’est à travers le document de la politique de la santé animale du pays dont l’atelier de finalisation réunissait les représentants des deux instances vendredi dernier à Yaoundé.

Read also : Ciment : le sac à 4.600 F

L’Union européenne (UE), en collaboration avec le ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries Animales (Minepia) a présenté vendredi dernier le nouveau document de la politique de santé animale du Cameroun. Il s’agit en effet d’un document de référence de la politique de santé publique, permettant d’endiguer certaines pathologies d’origine animale. 

Read also : Renouvellement des organes de base du RDPC : ça démarre le 7 août

Un premier document avait été élaboré en novembre 2014, mais avec quelques défaillances. « C’est la raison pour laquelle nous avons sollicité l’appui de l’UE, pour qu’on puisse avoir un autre consultant qui puisse le finaliser avec la direction des services vétérinaires et toutes les parties prenantes », a précisé Dr Fotso Kamgang, sous-directeur de la pharmacie du secteur privé au Minepia.

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

La nécessité de finalisation de ce document intervient également dans le cadre du Programme indicatif du 11e Fonds européen de développement. En effet, le Cameroun et l’UE ont signé en novembre 2017, la convention de financement du contrat de réforme sectorielle de l’appui budgétaire de l’UE pour le cycle budgétaire 2017-2019, à hauteur de 63 milliards F.

Read also : Jeux olympiques Tokyo 2020 : le Cameroun prend ses marques à Hita

Cette convention a donné lieu à un premier décaissement un mois plus tard. Cependant, pour le deuxième décaissement, en ce qui concerne le Minepia, il a été prescrit de produire un document sur la politique de la santé animale, d’où la tenue de l’atelier de révision de ce document stratégique le 11 mai dernier à Yaoundé.

Read also : Tirage au sort de la CAN 2021 : inspection au Palais des Congrès

Grâce à cet appui, l’UE renforcera trois reformes sectorielles à savoir : la mise en place d’un système d’accès aux intrants et aux services agro-pastoraux, le désenclavement de nombreuses zones de production et l’amélioration de la gestion des ressources financières allouées dans ce secteur.

Read also : Rdpc : 23 militants graciés et réhabilités

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category