Douala marche pour la paix et l’unité

 La population a démontré samedi qu’elle fait partie d’une Nation une et indivisible.

Les Doualais », comme un seul homme, se sont levés ce samedi 12 mai 2018 pour participer à la marche pour l’unité, le vivre ensemble et l’intégration nationale, organisée par les autorités de la région. Une marche en prélude à la célébration de la 46e fête nationale de l’Unité qui aura lieu le 20 mai prochain.

Ils sont partis  des cinq arrondissements continentaux du département du Wouri pour la place de la Besseke, point de convergence, où aura lieu le grand défilé dimanche, dans quelques jours.

Pendant la marche qui s’est faite sans heurts, la population a scandé des chants patriotiques qui appelaient à la préservation de la paix et de l’unité des Camerounais. On a noté la présence des autorités administratives, politiques, religieuses et militaires. Parmi elles, le Secrétaire général des services du gouverneur de la région du Littoral, Thierry Kin-nou Nana, le préfet du Wouri Joseph Bertrand Maché, etc.

A la Place de la Besseke, le délégué de la Jeunesse et celui des Sports ont mené la séance d’étirements dans une ambiance bon enfant. Il n’y avait plus de catholiques, musulmans, protestants, Bamilekes, Doualas, Bassas ou encore Ewondos, sudistes ou nordistes, anglophones ou francophones, mais des Camerounais unis pour l’amour de leur terre chérie.

Pour magnifier le vivre ensemble et le respect de l’autre. Peu avant la phase consacrée à la prière œcuménique, deuxième temps fort de cette manifestation, les marcheurs ont entonné d’une seule voix « We are the world ».

Les ministres du culte, chrétiens comme musulmans, ont par la suite pris le relais pour l’aspect spirituel. Chacun d’eux a prié pour le retour de la paix dans les régions en difficulté, pour l’unité des cœurs et pour les autorités en charge de diriger le Cameroun.

Pour le Secrétaire général des services du gouverneur, la marche avait pour but d’inculquer aux populations de Douala les valeurs d’unité nationale, d’intégration, d’indivisibilité si chères à notre pays : « La mobilisation était générale en qualité et en quantité, un brassage de toutes les couches sociales, qui cohabitent pacifiquement ».

Même les acteurs économiques étaient là, comme Jean Ketchemen : « Il faut que les Camerounais cohabitent pacifiquement. Cela est bénéfique pour la croissance de notre pays ». Du côté des élus, Denise Fampou, maire de Douala 2e, a rappelé le caractère cosmopolite de Douala, « avec des ressortissants issus  de tous les coins du Cameroun et de la sous-région. Cette marche permet de renforcer ce lien de solidarité entre nous ».

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie