Parlement panafricain: le bureau recomposé

Le Camerounais Roger Nkodo Dang, réélu à la tête de l’institution jeudi dernier, est le seul de l’équipe sortante des cinq à avoir pu renouveler son bail.

La vie a timidement repris son cours vendredi dernier au siège du Parlement panafricain (PAP) à Midrand en Afrique du Sud au lendemain du processus qui a conduit au renouvellement du bureau de l’institution parlementaire de l’Union africaine.

Normal, pourrait-on dire. Car prévu pour s’achever jeudi dernier à 18 h, heure d’Afrique du Sud, soit une heure de moins au Cameroun, c’est assez tard dans la nuit que les élections se sont achevées.

Un processus électoral qui a entraîné une reconfiguration du bureau de cinq membres de l’institution. Premier constat : de l’équipe sortante, seul le Camerounais Roger Nkodo Dang, qui est très largement venu à bout de ses deux adversaires égyptien et zimbabwéen, candidats comme lui à la présidence, du PAP, a été réélu. Il va diriger un bureau néanmoins incomplet, l’Afrique du Nord n’ayant pas présenté de candidat à la vice-présidence. Le principe au sein du PAP étant que chaque sous-région du continent soit représentée à ce niveau, d’où le nombre de cinq membres choisi pour le bureau.

Une instance qui a tenu sa première réunion vendredi dernier. Une instance qui a tenu sa première réunion vendredi dernier. Un bureau dans lequel le Tanzanien Stephen Julius Masele fait désormais office de premier vice-président. Son prédécesseur, Eduardo Joaquim Mulembe du Mozambique ayant choisi de ne plus briguer un nouveau mandat à ce poste.

Facile vainqueur de la 2e vice-présidente dans le bureau sortant, la Djiboutienne Safia Elmi Djibril, Stephen Masele, de l’Afrique de l’Est, est celui des vice-présidents ayant engrangé le plus grand nombre de votes en sa faveur. D’où sa position de premier vice-président dans l’équipe que va désormais conduire Roger Nkodo Dang.

La 2e vice-présidente est également une dame. Il s’agit de la Malienne Haidara Cissé, seule candidate de l’Afrique de l’Ouest au poste de vice-président, elle fait ainsi son entrée au bureau de l’institution. Le 3e vice-président est issu de l’Afrique du Nord.

Il s’agit de l’Algérien Djamal Bouras. Seul candidat présenté par cette sous-région à ce poste, il doit son élection au mode de scrutin choisi pour la désignation des vice-présidents : la majorité simple des suffrages valablement exprimé. Sur 221 votants, il a totalisé 93 votes en sa faveur et 128 bulletins nuls.

Ce qui a d’ailleurs suscité un vif débat au sein de la chambre. Certains membres de l’institution estimant que le nombre de bulletins nuls étant plus élevés que ceux obtenus par le candidat, ont demandé une annulation de son élection. Cependant que les autres, majoritaires, ont rappelé que les bulletins nuls ne sont pas pris en compte dans les suffrages valablement exprimés.

Quant à l’Afrique australe qui n’a pas eu le temps de présenter un candidat au poste de vice-président, elle va attendre une prochaine session de la chambre pour le faire. Comme le président réélu, les nouveaux membres du bureau ont prêté serment tout de suite après leur désignation.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie