Bertoua: on prépare l’apothéose de dimanche

Les préparatifs sont engagés depuis le 27 avril dernier au plan régional, pour faire de l’édition 2018, un moment exceptionnel de communion.

La 46e édition de la fête de l’unité promet d’être grandiose et belle dans la région de l’Est. Les préparatifs, tels qu’ils se déroulent depuis le 27 avril dernier, permettent de le penser. Après le lancement national par Mounouna Foutso, le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, à Ketté, dans la Kadey, l’Est veut garder l’honneur et servir surtout d’exemple d’unité nationale en réussissant le pari de l’organisation, placée sous la houlette du gouverneur, Grégoire Mvongo.

C’est ainsi d’ailleurs que ces préparatifs s’accélèrent au fur et à mesure que la date du 20 mai, le grand jour, approche. Au sein de différentes sous-commissions mises en place à cet effet, rien n’est laissé au hasard.

Chacune d’elles s’attèle à la tâche pour livrer un bouquet sans tâche, le jour dit. Pour ne prendre que le volet défilé, les inscriptions sont déjà ouvertes. Et quatre formations politiques ont déjà pris leur inscription, avec l’engagement ferme de mobiliser, selon le quota prescrit, le maximum de partisans le moment venu. Les établissements primaires, secondaires, universités, écoles et centres de formation sont autorisés à défiler.

Pour les élèves, ils révisent déjà des champs patriotiques, pour les fredonner le jour de la fête, devant le public. Les mouvements de jeunesse, gratifiés la semaine dernière par les financements effectifs de leurs projets, dans le cadre du Plan Triennal Spécial Jeunes, seront de la partie. De ce côté comme dans d’autres structures appelées à défiler, on peaufine encore des messages bien précis, rappelant l’idéal de l’unité, de la paix, de cohabitation pacifique.

Des messages qui seront écrits dans les deux langues officielles. Cette belle constellation se fera dans un décor gai. C’est pourquoi, côté décoration, rien n’est aussi laissé au hasard. Tout est mis en oeuvre pour un ornement original, avec une part belle aux symboles de l’Etat, à savoir le drapeau national et l’effigie de celui qui incarne les institutions républicaines, le président Paul Biya.

Il s’agit de cultiver le patriotisme chez tous les Camerounais. Les collectivités territoriales décentralisées s’attèlent donc à cet effet. Par ailleurs, pour une bonne communication non seulement à la place des fêtes, la sonorisation sera placée.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie