Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso: une zone économique voit le jour

Les Premiers ministres des trois pays ont créé lundi dernier à Sikasso au Mali, une zone spéciale pour promouvoir le développement dans leurs régions frontalières respectives.

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

C’est un accord qui vise à donner un nouveau souffle à la dynamique d'intégration engagée en Afrique de l’Ouest. Le document paraphé lundi par les chefs de gouvernement du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso vise à créer des opportunités d’investissements ainsi qu’un environnement juridique et commercial favorable dans les domaines de l’agro-business, des technologies de l’information et de la communication, de la culture, du tourisme, des services médicaux, des industries manufacturières et des services financiers.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

Concrètement, la  Zone économique spéciale (ZES) comprend une région de chacun des trois pays. La région de Sikasso au Mali (71 790 km², 3 434 000 habitants), la région du Poro en Côte d’Ivoire (13 400 km², 396 767 habitants) et la région des Hauts-bassins au Burkina Faso (25 479 km², 1 776 803 habitants), soit une superficie totale de 110 669 km² et une population de plus de 5607570 habitants.

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

Les investissements prévus dans la zone sont évalués à environ 44 milliards F CFA, en réponse aux défis du développement durable, de l’immigration et de l’emploi des jeunes, selon le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.

Read also : Council Police: Decentralisation Minister Puts Order

Ces trois pays qui appartiennent à l'espace UEMOA appliquent déjà la libre circulation des hommes et des biens, mais les échanges transfrontaliers ont encore un fort potentiel de développement, affirment des experts.

Read also : Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

Le chef du gouvernement malien, Soumeylou Boubèye Maïga souligne que cette zone offrira aux investisseurs les infrastructures de soutien nécessaires à la production (énergie, routes, services), des incitations fiscales pour augmenter le rendement des capitaux investis, un bassin de main d’œuvre qualifiée ainsi qu’une concentration d’entreprises.

Read also : Lionnes indomptables: Les leçons d’une élimination

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category