Un nouveau tournant

Bulletin

Alors que la crise de 2015 n’a pas encore été résorbée, les électeurs burundais se sont prononcés, hier, sur la révision constitutionnelle.
Les  observateurs se souviennent qu’en avril 2015, la décision du président de la République burundaise, Pierre Nkurunziza, de briguer un troisième mandat avait conduit le pays à une impasse. 

Les partisans du chef de l’Etat estimaient que ce mandat était légitime. Pour leur part, les opposants, réunis sous la bannière du Conseil  national pour le respect de l’accord d’Arusha pour la paix, la réconciliation et l’Etat de droit  (CNARED) pensaient le contraire.

Les deux camps s’étaient radicalisés et avaient privilégié les violences qui s’étaient soldées par 1200 morts et plus de 400.000 réfugiés selon la Cour pénale internationale (CPI).

De nombreux Burundais croient savoir que l’issue de la révision constitutionnelle ne fait l’ombre d’aucun doute  puisque le oui l’emporterait permettant au président Pierre Nkurunziza de solliciter un nouveau mandat en 2020, voire deux autres mandats supplémentaires. Si tel était le cas, la réforme constitutionnelle rendrait caduc l’accord signé en 2000 à Arusha en Tanzanie.

Lequel avait permis de mettre fin à 10 années  d’une guerre civile s’étant soldée par 300.000 morts entre 1993 et 2006. L’historique accord instaurait un système de partage du pouvoir entre les deux principales ethnies du pays à savoir les Hutu et les Tutsi.

Le parti du président burundais, le Conseil national de défense de la démocratie (CNDD) estime plutôt que la réforme constitutionnelle renforce l’indépendance et la souveraineté nationale du Burundi.

Toujours est-il que le Burundi se trouve face un nouveau tournant de son histoire. Celle de l’après-révision constitutionnelle. Quelle que soit l’issue de cette réforme, le Burundi a vocation à rester debout .

Ce serait alors probablement l’occasion de relancer les négociations de paix qui n’ont pas pu se tenir du 25 au 29 avril dernier sous la médiation de l’ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie