Fête de l’Unité: dimanche, l’apothéose

Le président de la République, Paul Biya, présidera la parade militaire et le défilé civil au Boulevard du 20 mai à Yaoundé.

Il y a 46 ans, Camerounais et Camerounaises de deux rives du Moungo décidaient, sans contrainte, de se forger un destin commun, en se prononçant  à une large majorité en faveur de la création d’un Etat unitaire. Dimanche prochain, cet anniversaire sera célébré sur l’ensemble du territoire national, et dans les missions diplomatiques du Cameroun à travers le monde. Comme il est de tradition, le président de la République, chef des armées, Paul Biya, présidera les cérémonies prévues au Boulevard du 20 mai, puis au Palais de l’Unité.

En présence notamment des membres des corps constitués nationaux, ceux du corps diplomatique et de nombreux invités spéciaux. Le thème de la célébration cette année à savoir : « Citoyens Camerounais, restons unis dans la diversité et préservons la paix sociale, pour un Cameroun stable et prospère », invite à l’exaltation du vivre-ensemble, qui symbolise le triomphe du réalisme et du consensus sur les égoïsmes, voire les irrédentismes.

Depuis 1972, année de naissance de l’Etat unitaire, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. C’est ainsi que d’importants progrès ont été réalisés au plan socio-culturel. Résultat, les Camerounais se reconnaissent et s’acceptent comme fils d’une même Nation. Ce ne sont pourtant pas les écueils qui auront manqué tout au long de ce cheminement.

Loin s’en faut ! Replis identitaires,  résistances et surenchères politiques se sont exprimés ici et là, de temps à autre. Au gré des intérêts particuliers, voire des influences extérieures. La situation vécue depuis quelque temps dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, née de revendications corporatistes, qui ont ensuite dégénéré en velléités  sécessionnistes, constitue à cet égard une illustration parfaite de ces écueils.

 Fort heureusement, la détermination de l’immense majorité des fils et filles du triangle national à faire progresser leur pays vers le plein épanouissement de son destin, a toujours été plus forte que tout. Au bout du compte, ainsi que le stipule le préambule de la Loi fondamentale, « Le peuple camerounais est (demeuré) fier de sa diversité linguistique et culturelle, élément de la personnalité nationale ».

C’est ce qui donne du sens à la célébration prévue dimanche prochain. L’événement attendu est donc une occasion idoine pour les Camerounais de rendre un hommage appuyé au chef de l’Etat, chef des armées, Paul Biya, qui ne ménage aucun effort pour la consolidation de l’intégration nationale et du vivre-ensemble. Ainsi qu’aux forces de défense et de sécurité qui, sous son autorité, préservent l’intégrité du territoire national, grâce à leur vaillance et à leur professionnalisme. Et, ce faisant, permettent au Cameroun de rester debout, mieux, de poursuivre sa marche vers l’émergence, malgré l’adversité.

Fait marquant cette année, lors de la parade militaire au Boulevard du 20 mai, l’on verra défiler aux côtés des forces nationales de défense, un bataillon de l’armée nigériane. Une preuve supplémentaire s’il en était encore besoin, de l’excellence de la coopération entre Yaoundé et Abuja, et de la détermination des présidents Paul Biya et Muhammadu  Buhari, dont les pays sont membres de la Force Multinationale Mixte (FMM), de mettre définitivement hors d’état de nuire la secte terroriste Boko Haram, à l’origine de l’insécurité dans le pourtour du Lac Tchad.

Pour ces raisons et bien d’autres, les Camerounais doivent se mobiliser massivement dimanche prochain, pour  réaffirmer leur détermination à se tenir aux côtés du chef de l’Etat, pour soutenir ses efforts visant à bâtir un pays uni, fort et prospère, mais aussi, pour affronter les futurs défis socio-politiques et économiques dans la sérénité.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie