Carrousel: un message de paix

 Au Boulevard du 20 mai dimanche, la Musique principale des armées a apporté sa touche en exécutant des notes sur le thème du «vivre-ensemble ».

Trois minutes d’une densité remarquable. Reflet d’une nation unie, qui vante fièrement l’harmonie et la cohésion entre ses fils et filles des dix régions. Le Carrousel exécuté dimanche, quelques minutes avant la parade militaire par la Musique principale des armées, était l’expression en sons, rythmes et couleurs, du « vivre-ensemble ».

C’est autour de ce thème que les notes des clairons, flutes, saxophones et autres tambours ont baladé l’aréopage de personnalités, au premier rang desquelles le chef de l’Etat, chef des armées, Paul Biya.

C’est un air de Makossa qui ouvre le spectacle. Tout le monde est emballé par ce rythme de l’aire culturelle Sawa, qui a traversé les frontières des régions et est adopté par tous les Camerounais. Les éléments de la Musique principale des armées accompagnent cette ferveur des pas de danse, à travers une chorégraphie bien coordonnée.

Un bouquet de dix « mascottes », chacune brandissant une plaque portant le nom d’une des régions du Cameroun. On danse autour de l’unité nationale, on se trémousse pour la cohésion. Puis, les chorégraphes font allégeance au chef de l’Etat, chef des armées,  signe de dévouement et de loyalisme, surtout dans la lutte acharnée pour la préservation de l’intégrité du territoire national.

Et ce ne sont pas les mots pour le dire qui manquent. La musique, dans ses notes et ses mots, pour magnifier le « vivre-ensemble qui aide à se faire connaître et à connaître les autres ». Le ferment de cette acceptation, l’éducation. Dans une belle déclamation, le carrousel exalte les vertus de l’éducation.

« Elle donne à la jeunesse les raisons d’aimer la patrie». Comme un refrain, ce bout de phrase est repris par le public, avec des applaudissements nourris. Surtout lorsque les « musiciens » de l’armée martèlent que « le Cameroun restera un et indivisible ».

Pour ce faire, la Musique principale des armées chante pour que « les Camerounais restent unis, renforcent toujours le sens du devoir, pour le lendemain meilleur en faveur de la postérité ». En chorus, dans les deux langues officielles, l’on a réaffirmé le devoir commun :

« Ensemble, sans relâche, luttons contre les ennemis de la paix. » C’est pour ce Cameroun uni, fier de sa diversité, engagé dans la lutte contre le terrorisme et la sécession, que la Musique principale des armées a chanté dimanche au Boulevard du 20 mai. Un appel à une synergie armée-nation, afin d’œuvrer pour l’unité du Cameroun.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie