Crise au Soudan du Sud: difficile compromis pour un accord de paix

Les belligérants présents aux négociations organisées à Addis-Abeba en Ethiopie n’arrivaient toujours pas à s’accorder hier sur les modalités de partage du pouvoir et des ressources.

Les pourparlers en vue d’un nouvel accord de paix au Soudan du Sud se sont poursuivis  hier à Addis-Abeba. Les représentants du pouvoir, de l’opposition et de la société civile réunis depuis le 17 mai dernier dans la capitale éthiopienne n’arrivaient toujours pas à trouver un compromis pour relancer l’accord de paix bloqué depuis trois ans.

Les discussions chapeautées par l’organisation sous-régionale, l’IGAD, se heurtaient jusqu’à hier aux ego des uns et des autres qui n’arrivaient toujours pas à s’entendre sur les dix points de litige en débat.

En dehors du partage du pouvoir et des ressources du pays, les belligérants peinent à s’accorder sur le cantonnement des combattants aussi bien de l’armée régulière que des autres groupes armés fidèles à la rébellion.

Même si dans le camp du gouvernement l’on a semblé manifester une réelle volonté de parvenir à un accord politique qui viendrait mettre un terme à cinq années de guerre civile,  du côté de l’opposition l’on ne manque pas de souligner sous cape que la participation à ces négociations vise à satisfaire la communauté internationale.

Surtout que la Commission de l’Union africaine (UA), par la voix de son vice-président, Kwei Quartey, a promis des sanctions à tous ceux qui feraient obstacle à un accord de paix. Beaucoup restent donc convaincus que rien de sérieux ne débouchera de ces assises.

D’autant plus que hier encore, alors que les belligérants jouaient les prolongations, les positions des uns et des autres étaient toujours éloignées.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie