Chirurgie camerounaise: vent de modernisation

 C’est le plaidoyer lancé samedi dernier lors du premier congrès de l’Association camerounaise de chirurgie à Yaoundé.

Le premier congrès de l’Association camerounaise de chirurgie (Acc) a pris fin samedi dernier à Yaoundé. La Faculté de médecine et des sciences biomédicales qui servait de cadre à cette rencontre de deux jours a vu la participation massive de médecins chirurgiens, d’universitaires, ainsi que d’élèves médecins.

Au programme de cette rencontre, des présentations  scientifiques et une série d’expositions thématiques. Idées fortes : la nécessité de la modernisation de la chirurgie ainsi que l’approfondissement de la formation des chirurgiens au Cameroun.

« Nous avons pensé que le chirurgien aujourd’hui doit être chirurgien dans sa spécialité; c’est vrai, mais il doit savoir faire toutes les autres opérations chirurgicales qui sauvent la vie », a souligné le Pr. Maurice Aurelien Sosso, recteur de l’Université de Yaoundé I qui présidait les travaux.

Les différents progrès de la chirurgie ont été revisités. Des avancées jugées appréciables. Mais un peu plus de financement et seraient les bienvenus pour remédier aux problèmes quotidiens des populations. Il a été relevé que les opérations chirurgicales les plus courantes sont les appendicectomies, les hernioplasties, la cholécystectomie et la biopsie.

C’est à cet effet qu’il a été présenté des exposés thématiques, qui ont permis de ressortir quelques points parmi lesquels les enjeux technologiques de cette branche de la médecine.

Enjeux qui, selon le Pr. Essomba, permettraient l’amélioration de la chirurgie, tout en facilitant les tâches du chirurgien grâce aux machines robotiques qui jouent un rôle d’interface très important entre le médecin et le malade.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie