Câble sous-marin Cameroun-Brésil : la pose a commencé

 Une cérémonie officielle de pose du premier mètre de  fibre optique a eu lieu hier à Kribi en présence du ministre des Postes et Télécommunications.

Hier était jour de fête à Kribi. La place des fêtes du chef-lieu du département de l’Océan abritait la cérémonie officielle de pose du premier mètre du câble sous-marin entre Kribi au Cameroun et Fortaleza au Brésil.

En fait, le bateau transportant 6000 Km de câble sous-marin South Atlantic Inter Link (Sail) qui a quitté les côtes norvégiennes le 21 mars 2018, a accosté le 16 mai dernier à Kribi. Un imposant bateau qu’il n’est possible d’observer que de l’extérieur.

Mais au loin, on peut apercevoir ce gigantesque câble de 32 térabits de capacité. Le bateau qui va reprendre la route dans les prochains jours va, au fil de son itinéraire, installer le câble grâce à l’expertise des ingénieurs de Huawei mobile.

C’est cela que le ministre des Postes et Télécommunications, représentant personnel du Premier ministre, est venu voir hier à Kribi. Avec la phase de la pose du câble sous-marin South Atlantic Inter Link (Sail), si l’on n’en est pas encore à l’aboutissement de ce projet qui rentre dans le cadre du programme national Broadband Network 2, entamé en août 2016, on est en plein dans la phase cruciale.

D’après la Cameroon Telecommunications (Camtel), le maître d’ouvrage, ce projet est le premier système de câble sous-marin à fibre optique à connecter directement l’Afrique et l’Amérique du Sud.

Il intervient dans un contexte où il devient important de moderniser le réseau large bande internet actuellement instable au Cameroun et, par là, revoir à la hausse les capacités internet dans notre pays et de la sous-région d’où l’interconnexion à d’autres systèmes de câbles. « Nous avons été inquiet lorsqu’il nous a été demandé de mener ce projet.

Sa particularité est qu’il a été précoce mais, les financements sont arrivés peu de temps après le lancement et les travaux ont très vite évolué. Le 30 août, nous aurons terminé avec l’installation », a indiqué David Nkotto Emane, directeur général de Camtel, qui va ajouter que la vitesse de pose est de 80 à 120 km par jour.

Les premiers tests de cette infrastructure qui va rendre plus accessible l’accès aux services, favoriser une multiplicité de solutions de communications électroniques et réduire le coût des communications, devraient se faire le 15 septembre.

Avec ce projet, a poursuivi le Dg de Camtel, le Cameroun aura définitivement son indépendance numérique » et va compter parmi la vingtaine de pays africains à disposer de câbles sous-marins. Les retombées de cette infrastructure dont se dote le Cameroun (200 milliards F) sont déjà visibles.

Hier, avant la cérémonie à la place des fêtes, Oscar Ondo, directeur de la gestion des infrastructures en Guinée équatoriale, a signé avec Camtel,  en présence du  ministre équato-guinéen des Transports, des Postes et Télécommunications, Eucario Bacale Angüe, le tout premier contrat commercial d’utilisation des capacités du Sail. Cette infrastructure va par ailleurs positionner le Cameroun comme un hub numérique en Afrique.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie