Pont sur le Logone, électrification rurale:37,5 milliards de financements décrochés

Le ministre de l’Economie, Alamine Ousmane Mey a signé des conventions y relatives hier à Busan en Corée du sud. 

Hier, jeudi 24 mai 2018 a été une journée particulièrement chargée pour Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) à Busan en Corée du sud. Alors que les réunions annuelles de la Banque africaine de développement dont il est le gouverneur pour le Cameroun se poursuivent à travers des sessions, réunions de haut niveau, panels et rencontres B to B, il a présidée deux cérémonies de signature de trois conventions de prêt. Des financements d’un total de près de 37,5 milliards de F obtenus auprès de deux grands partenaires au développements.

Avec le groupe de la Banque africaine de développement, ce sont deux accords de prêt pour le financement partiel de la construction du pont sur le fleuve Logone qui ont été signés. La première enveloppe (21,86 milliards de F), est octroyée par la BAD et la seconde, 7,79 milliards de F, par le Fonds africain de développement (FAD). Ces enveloppes sont destinées à la construction d’un pont de 620 mètres reliant la ville de Yagoua au Cameroun à celle de Bongor au Tchad.

Il sera également question de l’aménagement des voies de raccordement à l’ouvrage et de la réhabilitation de certaines infrastrcutures socio-économiques au profit des populations riveraines. Le Minepat a rappelé que ce projet est le fruit de l’engagement des présidents Paul Biya du Cameroun et Idriss Deby Itno du Tchad à intensifier les échanges commerciaux entre les deux pays, via une nouvelle voie de transit.

Ousmane Dore, directeur général de la BAD pour l’Afrique centrale qui a signé les conventions au nom du groupe a invité la partie camerounaise à tout mettre en oeuvre pour que ce projet intégrateur soit réalisé avec célérité et de manière durable.

«La signature de ces deux accords marque donc le début effectif de la mise en oeuvre de cet important projet», a souligné Alamine Ousmane Mey, en rappelant la nécessité pour les différentes parties de diligenter les procédures relatives à la contractualisation, l’exécution des travaux et au paiement des prestations.

La seconde cérémonie a porté sur le financement, à hauteur de 7,8 milliards de F, de la phase  2 du projet d’électrification rurale. Belkacem Ouzrourou, directeur Afrique du Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) a signé les documents au nom de son directeur général, Suleiman Jasir Al Herbish.

Le projet d’électrification rural vise l’amélioration de l’offre énergétique du Cameroun, en tant que vecteur du développement et de croissance inclusive.

L’objectif de cette phase II est d’accroître le taux d’électrification en zone rurale, à travers la réalisation des lignes reliant les unités administratives, les localités frontalières et les villages de grande importance. 

La signature de cet accord porte à 22,5 milliards de F, le portefeuille de l’OFID au Cameroun, répartis entre quatre projets.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie