Respecter les engagements pris

Bulletin

Les députés de l’opposition ont remué ciel et terre pour obtenir la  démission du président malgache, Hery Rajaonarimampianina.  Ils ne l’ont pas obtenue. Ils ne pouvaient pas l’obtenir pour une raison simple. On ne peut pas accuser le chef de l’Etat d’avoir manqué à son obligation de moyens dans l’installation de la haute cour de justice et exiger immédiatement sa démission.

De même, il n’est pas juste  de faire  porter au président de la République  la responsabilité des  décès survenus le 21 avril dernier et lui indiquer la porte de sortie. Tandis que la Haute cour constitutionnelle n’avait pas encore tranché. Alors que les causes des deux décès du 21 avril dernier n’avaient pas encore été élucidées.

Nul ne peut être juge et partie.  «  Il y a des millions de gens qui ont voté pour moi. Ce  serait vraiment trahir cette volonté du peuple malgache que de démissionner » avait alors répondu le président malgache à ses détracteurs. Il faut faire la différence entre l’essentiel et l’accessoire.

L’accessoire consistait à continuer à manifester pour obtenir la démission du chef de l’Etat. C’est désormais inutile puisque la Haute cour constitutionnelle a tranché. L’essentiel aujourd’hui, dans la Grande île, c’est de sortir de la crise issue du manquement à l’obligation de moyens dans l’installation de la haute cour de justice. Une crise amplifiée par la contestation bruyante des députés de l’opposition à la Place du 13 mai.

La communauté internationale en a pris la mesure en dépêchant ses émissaires Joaquim Chissano pour le compte de la Communauté de développement des Etats de l’Afrique australe (SADC), Abdoulaye Bathily et Ramtane Lamanra sous les couleurs de l’Union africaine ainsi que des envoyés  spéciaux de l’Organisation des Nations unies et  de l’Union européenne.

Les négociations menées sous l’égide de la communauté internationale ont abouti à un projet d’accord censé permettre une évolution paisible vers la prochaine présidentielle. Cette option pertinente a été approuvée par la Haute cour constitutionnelle.

 Que ce projet d’accord prenne la forme d’un gouvernement de consensus  à la suite d’un accord qui devrait être entériné d’ici le 31 mai prochain, les Malgaches n’y trouvent aucun inconvénient.

L’essentiel consiste aussi, pour les principaux acteurs de la crise, à respecter leurs engagements et à maintenir fermement le cap vers les prochaines élections afin qu’elles se préparent et se déroulent dans la sérénité.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie