« Une affaire

Le long métrage du réalisateur japonais Kirokazu Kore-Eda a reçu la Palme d’or au dernier festival de Cannes.

La famille. La thématique semble lui porter bonheur. Elle a valu un nouveau titre au festival de Cannes, à Kirokazu Kore-Eda, réalisateur japonais. Après le «prix du jury» décroché en 2013 pour son long métrage «Tel père, tel fils», Hirokazu Kore-Eda est revenu cette année avec un film qui met scène les liens familiaux.

Des liens tissés dans une famille, pas du tout ordinaire. Une famille de «loosers», comme diraient certains. Des personnes à la génération débordante, vivant de rapines pour joindre les deux bouts.

Hirokazu Kore-Eda peint le portrait de la famille Shibata recueillant Yuri Hojo (Miyu Sasaki), une fillette de 5 ans, maltraitée et visiblement abandonnée sur le balcon de son domicile par temps de grand froid. De retour d’une virée de vol, Osamu Shibata (Franky Lily) et son fils Shota (Kairi Jyo) croisent son chemin et l’amènent chez eux. Une bicoque où vivent déjà, dans la promiscuité, sa femme Nobuyo (Sakura Andô), sa belle-sœur Aki (Mayu Matsuoka), et la mamie Hatsue (Kirin Kiki).

Un drame pour l’épouse qui hésite à s’occuper de la petite. Comment accepter une nouvelle charge alors que la famille tire déjà le diable par la queue ? Peut-on être pauvre et heureux ? Les liens de sang suffisent-ils pour indiquer des rapports familiaux ? Qu’est-ce qu’une famille ? Voilà les questions centrales du film dont le scénario, savamment orchestré, incite à la réflexion. Dans un monde individualiste, déshumanisé par le profit, la gloire, le pouvoir et l’argent, le cinéaste japonais interroge les consciences.

Il signe personnellement le scénario de ce film de 2h01min. Servant au cinéphile des dialogues poignants d’émotion pour mieux toucher son âme. Le cadrage y joue également beaucoup ainsi que la musique simple et subtile. Le jeu des acteurs passe au-dessus de la moyenne.

Hirokazu Kore-Eda sert une œuvre engagée, un peu embarrassante. Que faisons-nous de nos familles ? Que faisons-nous des pauvres, des laissés-pour-compte, de ceux qui n’entrent pas dans nos schémas ? A chacun d’y apporter des éléments de réponse. Le film sort officiellement en salle le 12 décembre prochain.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie