Opérations anti-terroristes dans l’arrondissement de Santa: les clarifications du gouvernement

L’intégralité du propos liminaire du ministre de la Communication lors de son point de presse d’hier à Yaoundé.

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

« Mesdames, Messieurs les Journalistes,

Read also : Jeux olympiques Tokyo 2020 : le Cameroun prend ses marques à Hita

Je vous souhaite une chaleureuse bienvenue à cette rencontre à laquelle je vous ai conviés, pour faire le point sur la situation sécuritaire dans les Régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, en particulier en ce qui concerne les événements qui se sont déroulés dans la nuit du 24 au 25 mai 2018 dans le ressort territorial de l’Arrondissement de Santa, Département de la Mezam, Région du Nord-ouest.

Read also : Tirage au sort de la CAN 2021 : inspection au Palais des Congrès

Mais je voudrais avant toute chose saluer la présence ici du Colonel Didier BADJECK, Chef de Division de la Communication au MINDEF, que je ne vous présente plus, habitué de nos rencontres avec la presse chaque fois que cela s’avère nécessaire. 

Read also : Rdpc : 23 militants graciés et réhabilités

Mesdames, Messieurs les Journalistes,

Read also : Cameroun-Angola : le duel final

Les investigations menées par les autorités administratives territorialement compétentes ont fait état de l’existence dans les localités de PINYIN, BUCHI et MENKA, de bandes armées, qui projetaient depuis plusieurs mois, de semer la terreur et la désolation au sein de la population, avec en ligne de mire le sabotage de la célébration de la 46e édition de la fête de l’Unité nationale, le 20 mai 2018.

Read also : CAN Total Energies 2021 : la CAF rassure

En réalité, ces groupes d’individus s’étaient installés dans les lieux que je viens d’indiquer depuis près de deux mois, ourdissant en secret leurs différents plans d’attaque.

Read also : Lutte contre le chômage: Une nouvelle initiative voit le jour

Tirant en effet profit de la suspension de la Brigade de Gendarmerie d’Ashong près de Batibo, les assaillants ont utilisé de nouveaux couloirs de contournement des dispositifs de nos Forces de défense et de sécurité, pour installer des cantonnements à part entière.

Read also : Hémodialyse : la prise en charge a repris

Véritables bases opérationnelles, ces cantonnements leur permettaient de rayonner sur plusieurs kilomètres en réseaux dynamiques, se livrant ainsi à leurs activités de terreur, d’extorsion de la population, de trafics de drogue, d’enrôlement forcé de jeunes gens et de viols répétés sur des jeunes filles dans différentes localités.

Read also : Exécution du budget d’investissement public : performance appréciable en 2020

Les terroristes avaient dans un premier temps réussi à gagner la confiance des populations en leur promettant monts et merveilles si elles s’alliaient à leur cause.

Read also : Fête nationale du 20 mai : communion spirituelle

Il faut relever que les actions particulières de ces hordes criminelles ont abouti à l’assassinat à Bawok de l’Adjudant-chef ALIME Jean, commandant de la Brigade de recherche de Bali, et d’un de ses éléments; à l’assassinat de l’élève-gendarme DJEMENA Anatole Fabrice, aux attaques de Batibo, de Widikum et d’Amba, visant à empêcher la célébration du 20 mai dans cette zone.

Read also : Dépistage des voyageurs : soupçons de trafic des résultats

Le 15 mai 2018, le maire de la commune de Santa, par ailleurs chef traditionnel du village de Balligham, est agressé par neuf hommes armés qui, le contraignant à s’asseoir à même le sol, le délestent de la rondelette somme de 300 000 francs CFA.

Read also : 49e Fête nationale : pas de cérémonies officielles

Ce même jour, d’autres assaillants appartenant à la même bande font subir les sévices de même nature aux chefs traditionnels des villages Akum et Bamock, emportant avec eux des armes de chasse et des biens précieux.

Read also : Lutte contre le coronavirus : la situation se stabilise à nouveau

Le 19 mai 2018, un opérateur économique de la région, le nommé FRU NGU Linus est enlevé par les mêmes bandes qui revendiqueront ledit enlèvement et exigeront le paiement d’une rançon de deux millions de francs CFA pour sa libération. Une opération menée par les Forces de défense et de sécurité permettra à la victime de recouvrer sa liberté.

Read also : Médias : la crédibilité de l’information en question

Le 20 mai 2018, les assaillants procèdent à l’enlèvement du chef traditionnel de Matazem, localité située à deux kilomètres de Santa, et de ses deux filles, barbarement violées. Il s’agit du nommé FOMINWI Sylvester FONGON, à qui il était reproché par ses ravisseurs d’avoir participé aux festivités marquant la célébration du 20 mai, et de surcroît d’avoir reçu des mains du sous-préfet, la médaille du mérite agricole.

Read also : Oil Transportation : New Quay Goes Operational

Le 22 mai 2018, le Fon du village Menka reçoit la visite des assaillants appartenant à la même bande criminelle qui, après l’avoir molesté, emportent son arme de chasse.

Read also : Animation politique : les médias à la rescousse

Au cours de la même période, quatre jeunes gens dont deux filles et deux garçons sont enlevés, puis relâchés contre le paiement de rançons par les parents.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

Deux filles du président de la sous-section RDPC de PINYIN V, le nommé Collins Eric NJIMULUH, ont à leur tour été enlevées et sauvagement violées par leurs ravisseurs.

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

C’est en date du mercredi 23 mai 2018 que les terroristes finissent par s’installer dans un motel situé dans le village de Menka.

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

Cet établissement appartient à un jeune natif de ce village. Tentant de s’opposer à la prise de force du motel par les assaillants, la mère du propriétaire, une femme du troisième âge, sera passée à tabac par les criminels au point qu’à ce jour, elle se trouve toujours dans un état critique.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

Les assaillants prennent donc possession du lieu et en font leur quartier général, à l’intérieur duquel ils détiennent 15 otages.

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

Les renseignements ayant été remontés jusqu’aux autorités compétentes, une opération spéciale est mise en œuvre dans la nuit du 24 au 25 mai derniers, sous la conduite du commandant de la Région militaire interarmées N° 5, et sous la coordination du commandant de la Légion de Gendarmerie du Nord-Ouest.

Read also : Council Police: Decentralisation Minister Puts Order

Ladite opération a engagé 30 éléments relevant du Groupement d’Intervention de la Gendarmerie nationale, de la 51e Brigade d’infanterie motorisée et du Groupement Spécial des Opérations de la Sûreté Nationale.

Read also : Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

La progression s’est faite tôt le matin du 25 mai 2018 et la mise en place autour de l’objectif vers 5h30.

Read also : Lionnes indomptables: Les leçons d’une élimination

Une sentinelle de la bande criminelle s’étant alors aperçue de la manœuvre, a ouvert le feu en donnant l’alerte.

Read also : Chemin de fer: Il est urgent de sécuriser

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category