Processus électoral: ça bouge

Chez les différents acteurs, les partis politiques notamment, c’est désormais le branle-bas en vue de faire face aux échéances à venir.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

Il ne se passe plus de jour sans que des responsables des structures locales du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) n’annoncent des descentes sur le terrain. Celles-ci visent un principal objectif, la mobilisation des militants et sympathisants du parti pour les amener à s’inscrire sur les listes électorales avant la convocation du corps électoral. 2018, avait en effet annoncé le président de la République dans son message de fin d’année à ses compatriotes le 31 décembre dernier, est une importante année électorale.

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

La première élection enregistrée depuis le début - les élections sénatoriales organisées le 25 mars 2018 - concernait un collège électoral constitué uniquement des conseillers municipaux. Autant dire, pas tout le monde.

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

Or qu’il s’agisse de ces conseillers municipaux, des députés à l’Assemblée nationale et même du président de la République, les mandats renouvelés respectivement en 2013 et 2011 arrivent à leur terme cette année. Ce qui explique cette animation observée au sein de la principale formation de la scène politique camerounaise.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

Toute convocation du corps électoral par le président de la République entraînera immédiatement l’arrêt du processus de révision des listes électorales lancé le 1er janvier de l’année en cours par Elections Cameroon (Elecam).

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

Le RDPC n’est pas seul sur ce terrain. « Il n’y a pas beaucoup de solutions en ce moment : il faut amener les citoyens à s’inscrire sur les listes électorales afin de ne pas être surpris par la convocation du corps électoral », répondait hier en mi-journée, le président régional du Social Democratic Front (SDF) pour le Centre. Emmanuel Ntonga indiquait d’ailleurs avoir abandonné ses bureaux du quartier Olezoa pour la journée d’hier afin de prêter main forte à ses équipes déployées dans le 4e arrondissement de la ville de Yaoundé.

Read also : Council Police: Decentralisation Minister Puts Order

L’Union des populations du Cameroun (UPC) n’est pas en reste dans cette opération de mobilisation des militants et sympathisants pour la dernière ligne droite des inscriptions sur les listes électorales. Son secrétaire général, Pierre Baleguel Nkot était dans le département de la Sanaga-Maritime la semaine dernière.

Read also : Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

L’on ne fait pas autre chose tant à l’Union démocratique du Cameroun (UDC) qu’au Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), voire à l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) ou même au Mouvement démocratique pour la défense de la République (MDR) où les responsables redoublent d’intensité dans les stratégies afin d’inscrire le plus grand nombre de militants et de sympathisants sur les listes électorales, même si personne ne se prononce encore clairement sur les élections que l’on prépare. Question de ne pas être surpris le moment venu.

Read also : Lionnes indomptables: Les leçons d’une élimination

 

Read also : Chemin de fer: Il est urgent de sécuriser

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category