Lutte contre le VIH/sida: on ne baisse pas la garde

Mardi dernier à Yaoundé, le ministre de la Santé publique a énoncé les actions concrètes menées par le gouvernement pour faire reculer la prévalence.

Plus de 253 000 personnes atteintes du VIH/sida sont sous traitement. Satisfaction pour le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda qui affirmait mardi dernier que la situation de la lutte contre le VIH au Cameroun connaît des avancées notables.

C’était à l’occasion de la première réunion statutaire du Comité national de lutte contre le sida (CNLS) pour l’année 2018. Des résultats très encourageants qui témoignent de la détermination et la volonté du gouvernement camerounais à aller en-dessous des 3,9 % de taux de prévalence enregistré l’an dernier.

Et les bons points s’enchaînent d’après le MINSANTE. Selon lui, « la séroprévalence des populations de 15 à 45 ans est en train d’aller en-dessous de 3,4 %. Nous constatons en ce qui concerne les femmes enceintes qui viennent dans les hôpitaux que 95% d’entre elles ont accepté de faire le test du VIH », ce qui permet de prévenir la transmission de la mère à l’enfant.

En outre, « la prévention a montré qu’un peu plus de 35 millions de préservatifs, parmi lesquels deux millions de préservatifs féminins, ont été distribués en 2017. Nous devons accroître l’effort en direction des femmes, afin qu’elles s’approprient la prévention de la transmission du VIH en même temps qu’elles se préservent des grossesses non désirées ou des IST », a poursuivi le ministre.

Au cours des travaux, le plan stratégique national à adopter sur la période 2018-2022 a été évoqué. « A l’issue de cette période, nous espérons qu’en 2030 nous nous inscririons pour l’éradication du VIH », a souhaité le ministre.

Un plan ambitieux mais réalisable, nécessitant un financement de plus de 72 milliards grâce au soutien des partenaires nationaux et internationaux.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie