« Nos élèves de 3e sont suffisamment préparés»

 Elie Laurent Segnou, Inspecteur coordonnateur des sciences à la délégation régionale des Enseignements secondaire de l’Extrême-Nord.

Dans quel état d’esprit vos candidats abordent-ils la première session du BEPC, version APC ?

Nos élèves sont suffisamment préparés. Ils sont aguerris et assez motivés pour affronter le premier BEPC sous la méthode approche par compétence. Les inspecteurs nationaux venus de Yaoundé l’ont constaté après des descentes sur le terrain, ils nous ont dit que l’Extrême-Nord est la 2e région où cette méthode est la mieux appliquée après l’Ouest. Ce n’est que cette année qu’on a pu mettre sur pied le modèle-structure de l’épreuve, mais nous sommes convaincus que nos élèves sont bien imprégnés par rapport à l’ensemble des autres régions. 
Les multiples séminaires organisés par les inspecteurs nationaux à cet effet ont servi à outiller les enseignants. Tout au long de l’année, un séminaire était organisé chaque trimestre sur l’évaluation de l’APC avec l’appui des inspecteurs nationaux.

Chaque transition est difficile. Quelles pourraient être les difficultés à redouter ?

Lorsqu’on change de paradigme, beaucoup peuvent ne pas s’arrimer aisément à la nouvelle méthode. Après le séminaire du premier trimestre, les inspecteurs sont descendus pour voir comment les enseignants composaient les épreuves. Ce n’était pas facile. Il faut donc comprendre que ça peut prendre du temps pour mettre tout le monde à niveau. J’ai vécu toutes les approches : approche par les contenus, puis approche par les objectifs et maintenant l’approche par compétence. Je constate qu’à...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category