Axe Douala-Bonepoupa-Yabassi: la route se dessine

En visite sur le chantier jeudi dernier, le Mintp a apprécié l’état d’avancement du chantier dont les travaux évoluent progressivement.

Jour après jour, la route Douala-Bonepoupa lot 2, prend corps. Le délai d’exécution est de 24 mois et déjà l’entreprise Encobat BTP, en charge des travaux a consommé 54,11% du temps à elle imparti. Il faut donc faire vite afin de tenir les délais de fin des travaux fixés au 4 avril 2019.

Sur le site, c’est la mobilisation totale côté ouvriers. Au quotidien, ils s’attèlent à remplir le cahier de charges qui leur a été soumis. En effet, l’aménagement du tronçon Douala-Bonepoupa, long de 45 km, implique le bitumage, la construction des ouvrages d’assainissement, des ouvrages hydrauliques et des d’ouvrages d’art.

Elle sera aménagée en une chaussée à 2x2 voies d’une largeur de 3,50 m et deux accotements de 1,5m de large de part et d’autre en zone urbaine, une chaussée à deux voies d’une largeur de 3,50m et deux accotements de 1,5m de large de part et d’autre en rase campagne.

En visite sur le chantier jeudi dernier, le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, a pu apprécier le niveau d’avancement, soit un taux de 18%. Si le rythme de travail est d’après Emmanuel Nganou Djoumessi, globalement satisfaisant, il n’en demeure pas moins que certaines difficultés subsistent : l’occupation des emprises le déplacement des réseaux, ainsi que le retard dans le paiement des décomptes de l’entreprise, et du maître d’œuvre. Mais des solutions ont été trouvées dans le sens de lever ces blocages au cours de la concertation qui a suivi la visite de chantier.

Sur le second tronçon, Bonepoupa-Yabassi l’entreprise Buns a réussi à dompter le relief fortement accidenté pour lancer les travaux sur les 95 km de linéaire. Depuis des années, les populations devaient dépenser gros pour rejoindre Douala et écouler leurs marchandises qui pourrissaient parfois sur place.

L’exécution de ce projet retenu dans le cadre du plan d’urgence triennal est une réponse au problème d’enclavement des grands bassins de production.

Sur le terrain le Mintp, a pu constater l’important déploiement en personnel et en matériel de l’entreprise. Aussi a-t-il parcouru cet important axe, s’inquiétant de certaines barrières qui peuvent entacher le bon déroulement des travaux comme l’occupation des emprises, les branchements électriques de certains opérateurs.

« Je lance un appel à leur endroit si non, nous allons transiger directement avec les sous-traitants agrées par ces concessionnaires pour éviter de s’inscrire dans le retard » a argué le ministre. Surtout que le projet n’est qu’à son début : « Plus tard, la route va continuer sur Kondjock et l’axe Nkondjock-Bafang », a-t-il ajouté.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie