Niger: edxplosions meurtrières à Diffa

 Une dizaine de personnes ont trouvé la mort dans un triple attentat lundi au sud-est, alors que les présidents Issoufou et Macron  échangeaient sur le financement du G5 Sahel à Paris. 

La vie a tourné hier au ralenti à Diffa. 24 heures après le triple attentat-suicide qui a frappé la capitale régionale du sud-est du Niger, bureaux, commerces, écoles et transports sont restés fermés dans l’ensemble.

Beaucoup d’habitants étant encore sous le choc de l’horreur vécu la veille. Trois terroristes, deux hommes et une femme, ont déclenché leurs charges non loin d’une école coranique.

Faisant, selon un bilan encore provisoire, au moins dix morts et une quarantaine de blessés. Cette triple explosion est une première dans la localité. D’autant plus que par le passé, les terroristes avaient pour principale cible les forces de sécurité qu’ils attaquaient à main armée. En janvier dernier dans la localité de Toumour, sept soldats avaient trouvé la mort alors qu’ils contrôlaient des positions de l’armée nigérienne.

Aujourd’hui, les assaillants ont décidé de changer de tactique en ciblant les populations civiles au moyen des ceintures explosives.  Un changement de mode opératoire qui, de l’avis de certains experts, témoigne de l’affaiblissement des terroristes qui n’auraient plus de moyens pour attaquer  militairement les armées régulières de la région.

Ce triple attentat-suicide est survenu alors que le président nigérien se trouvait à Paris en France à l’invitation de son homologue. Au cours d’un tête-à-tête à l’Elysée, Mahamadou Issoufou et Emmanuel Macron ont surtout abordé les questions d’ordre sécuritaire. Notamment celle du financement du G5 Sahel, qui reste préoccupante.

Alors  que la force conjointe est en train d’achever sa troisième opération, le président nigérien n’a pas caché son inquiétude par rapport à son financement. Surtout quand on sait que le G5 Sahel est financé en grande partie par des promesses de dons de pays partenaires, à l’instar de la France, des Etats-Unis, de l’Arabie saoudite ou de l’Union européenne.

«J'ai fait part de la préoccupation de nos pays par rapport à la pérennité du financement de cette force. La France est je crois le pays qui a le mieux compris que la sécurité est un bien public mondial et que la sécurité des pays du Sahel dépendra aussi la sécurité de l'Europe et en particulier la sécurité de la France», a-t-il indiqué.

En réaction à la préoccupation de son homologue, le président français a tenu à rassurer : «Il faut maintenant que l'aide soit véritablement décaissée. C'est ce à quoi nous nous employons s'agissant de l'aide de l'Union européenne. Cette aide est désormais une réalité sur le terrain.

Les premières primes ont été réglées la semaine dernière, les équipements en protection individuelle seront livrés dans les prochaines semaines», rassure Emmanuel Macron

. «Mais la France est aussi engagée pour s'assurer que les engagements financiers de certains partenaires comme l'Arabie saoudite soient rapidement traduits en livraison concrète au bénéfice des pays du G5», précise-t-il.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie