Le Cameroun gagne une place au classement Doing Business 2017

Le pays est au 166e rang du classement sur le climat des affaires. La réduction des délais d’obtention du permis de construire et la conciliation dans le paiement des dettes ont joué.

Le Cameroun avance à petits trots dans le classement Doing Business. Pour l’édition 2017, le pays a gagné une place et se positionne au 166e rang sur 190 pays évalués sur leur facilité à faire des affaires. Au cœur de cette avancée, deux réformes. La première concerne la réduction des délais d’obtention du permis de construire, laquelle a été encouragée par la mise sur pied en avril dernier, d’un bureau de facilitation et l’amélioration de la transparence du processus. La deuxième réforme qui fait avancer le Cameroun est la procédure de conciliation de l’OHADA pour les entreprises en difficultés financières. Ce dispositif permet le règlement de l’insolvabilité en offrant des solutions supplémentaires pour le paiement des dettes. Seulement, selon la Banque mondiale, le pays aurait pu faire mieux en ajustant ses réformes liées au paiement des taxes et des impôts ainsi qu’au commerce transfrontalier. 
La performance a été présentée hier à Yaoundé par les responsables de la Banque mondiale. Côté camerounais, l’annonce de cette avancée est aigre-douce. En effet, sur la trentaine de réformes engagées par l’Etat pour l’amélioration du climat des affaires, seules deux ont été prises en compte. Mais le pays prend note et veut avancer. « Nous nous sommes engagés à poursuivre les réformes sous l’autorité du MINEPAT avec l’accompagnement de la Banque mondiale et nous pensons qu’en 2017, le classement du Cameroun va davantage s’améliorer », a déclaré le directeur général de l’Economie et de la Programmation des investissements publics du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT), Isaac Tamba, représentant du ministre. 
Selon la directrice des opérations de la Banque mondiale, Elisabeth Huybens, le choix de se limiter à deux réformes s’explique par le fait que pour qu’une réforme soit reconnue dans le Doing business, il faut que sa mise en œuvre soit achevée avant le 30 mai de l’année en cours et qu’elle soit connue du secteur privé vu le classement de base également sur l’avis des entrepreneurs. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie