CAN féminine 2018 de handball : on y pense déjà

Depuis le 31 mai dernier, 20 joueuses ont été convoquées dans le cadre du premier regroupement de l’équipe nationale féminine.

Dès l’entrée du Complexe de la Concorde de l’Université de Yaoundé I ce  mardi après-midi, la voix de Jean-Marie Zambo fait écho. Dans son style caractéristique alliant fermeté et dérision, l’entraîneur national de la sélection féminine de handball recadre ses joueuses.

Notamment celles participant à l’atelier de phase offensive en quatre (attaquantes) contre deux (défenseures) puis en quatre contre quatre. Mettre du rythme dans les attaques dénuées de toute tentative de dribbles et faire preuve de mobilité sont exigées aux joueuses.

Face à des attaques brouillonnes ou à des défenses molles, le coach passe à la sanction à travers quelques pompes pour l’auteur du délit.

De l’autre côté du terrain, deux gardiennes de but sont à la manœuvre.  Il est surtout question de travailler leur réactivité. Celle-ci est testée dans un premier temps à travers des jets de petites cartes à saisir à la suite d’une roue latérale.

Touchée au genou, Anne Florette Mbouchou Mandop fait partie des deux joueuses blessées du groupe. Trois joueuses n’ont pas pu être libérées par leurs employeurs. Pour les 13 autres joueuses présentes, la séance du jour posait les bases de la défense axiale et par ricochet, les voies de contournement de celle-ci.

Depuis le 31 mai dernier, la sélection nationale peaufine quatre axes de travail. Il s’agit du rappel et du perfectionnement des duels, du rappel et de la systématisation de la couverture et de l’anticipation, de l’amélioration de la prise du pivot et le rappel des montées de balle.

En attendant la prochaine Coupe d’Afrique des nations de handball féminin du 2 au 12 décembre prochain au Congo, quatre autres regroupements sont programmés. Le prochain rassemblement est annoncé du 16 au 24 juillet prochain.
 

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie