Consommation de carburant : place au digital

Des stations-service proposent de plus en plus des cartes rechargeables et magnétiques à leurs clients en lieu et place des bons.

Les automobilistes qui ne disposent pas de liquidité peuvent désormais présenter une carte pour se ravitailler en carburant. C’est la nouvelle donne en vigueur dans certaines stations-service de la ville de Yaoundé.

La pratique s’installe peu à peu chez les conducteurs d’une certaine catégorie.

« Depuis deux semaines, mon administration m’a doté d’une carte pour le carburant. Je la présente simplement au pompiste qui l’analyse et m’octroie la quantité qui sied à son contenu », déclare Martine.T une automobiliste.

Selon les informations recueillies auprès de ces différents opérateurs, l’idée des cartes de payement est partie d’un ensemble de constats : fraude, non traçabilité et usage abusif des bons de carburant.

Par ailleurs, le secteur des hydrocarbures ne veut pas rester en marge de la révolution numérique qui a cours dans le monde avec avantages de dématérialisation et de transparence qu’elle comporte.

Disponibles depuis quelques temps, la carte pétrolière existe en format jetable et en version rechargeable. La première, utilisable une fois, permet à son détenteur de consommer selon le montant disponible.

La deuxième, généralement destinée aux responsables peut être utilisée autant de fois que souhaité. Chez Oilibya, elles sont à multi usages. « Le client peut choisir de destiner ces cartes soit à l’achat de divers services comme le carburant et la vidange entre autres services ou l’utiliser juste pour la consommation de carburant.

Toutes ces caractéristiques sont vérifiables dans un terminal à telle enseigne qu’une carte ne peut pas être détourée de son usage », a expliqué Fritz Mouelle, en service à la direction générale de la structure à Yaoundé.

Si ce mode est nouvellement vulgarisé, la carte de payement n’est pas une nouveauté. Chez Tradex par exemple, ces cartes appelées « Trade card » pour les flottes de véhicules et « Trade club » pour les particuliers, ont été initiées en 2012.

Chez Oilibya, on apprend que l’émission des bons de carburant s’est arrêtée depuis 2012 pour faire place aux cartes.

« Nous avons progressivement habitué les automobilistes aux cartes et à présent, il n’existe plus de coupons de carburant estampillés « O card » », explique Fritz Mouelle.

Cependant l’avènement des cartes ne sonne pas totalement la fin des bons de carburant.

« Elles viennent en complément de cet ancien  mode de payement. Donc, les clients peuvent choisir d’utiliser l’un ou l’autre », explique Calvin M’bond, responsable de la communication à Tradex.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie