Droits de l’Homme au Cameroun: le Minjustice prépare son rapport 2017

Pendant deux jours, un atelier de validation du document s’est déroulé à Yaoundé. Quelques recommandations formulées hier.

Les droits de l’Homme au Cameroun sont au cœur des préoccupations du ministère de la Justice. Pour l’année 2017, un rapport est en examen pour être publié par ce département ministériel. C’est le sens de l’atelier de validation qui s’est déroulé du 05 eu 06 juin à la salle des conférences du Minjustice à Yaoundé.

Objectif : évaluer les actions menées par l’Etat et les autres acteurs en 2017 en vue de promouvoir et de protéger les droits de l’Homme au Cameroun. Pour ce faire, plusieurs institutions étatiques, ainsi que des organisations de la société civile prennent part aux travaux.

En effet, 2017 a démarré dans un contexte économique difficile qui a justifié la tenue d’un Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale à Yaoundé en décembre 2016. Autres éléments, la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram et la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Dans ce contexte, « le défi pour la promotion et une protection efficaces des droits de l’Homme, notamment les droits économiques et sociaux était de prendre des mesures d’adaptation sans compromettre les activités économiques et la croissance, en protégeant les couches les plus vulnérables, tout en maintenant les impératifs de garantie de la sécurité et de sauvegarde de la paix sociale », a relevé Fonkwe Joseph Fongang, Secrétaire général du Minjustice, à l’ouverture des travaux.

Ce rapport comporte des éléments liés à la préservation de la cohésion sociale à travers la création de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, les actions pour promouvoir l’accès à la propriété foncière, ainsi qu’une revue du cadre normatif pour garantir les droits économiques et sociaux.

De plus, il relève l’harmonisation des modes opératoires dans les tribunaux militaires avec les tribunaux civils, la gestion de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, et la garantie du droit à des litiges liés aux juridictions de la Common Law avec la réforme sur l’organisation et du fonctionnement de la Cour suprême.

La publication de ce rapport est une tradition au ministère de la Justice depuis 2005. A la clôture de l’atelier hier, plusieurs recommandations pour l’année 2017 ont été formulées.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie