Journée de l’enfant africain: coup d’envoi à Mengang

Le ministre des Affaires sociales, Pauline Irène Nguene, a présidé mercredi dernier le lancement des activités relatives à cette célébration prévue le 16 juin prochain.

C’était jour de fête mercredi à Mengang. Comme toutes les localités camerounaises se valent, c’est donc naturellement que cette cité du Nyong-et-Mfoumou, région du Centre a abrité la cérémonie de lancement des activités marquant la 28e édition de la Journée de l’enfant africain (Jea) qui se célèbre le 16 juin prochain.

A cette occasion, parents et familles de cette contrée, avec en bonne place des enfants, ont magnifié avec allégresse ce moment solennel à travers des danses et des youyous.

Au cours de cette cérémonie présidée par Pauline Irène Nguéné, ministre des Affaires sociales (Minas), les multiples actions menées par la première dame du Cameroun, Chantal Biya, ont été largement saluées.

Notamment les œuvres de l’Organisation non gouvernementale Synergies africaines, qui s’active sans relâche au quotidien contre le Sida et les souffrances aux côtés des couches défavorisées. Un menu varié a donc été concocté pour la célébration.

Entre autres, une organisation du boulevard de la protection de l’enfant, des forums de discussions et d’autres programmes de plaidoyer conçus et animés par des enfants. L’organisation de la 20e session du Parlement des enfants et l’organisation de foires et expositions figurent également au programme.

Pour que chaque enfant jouisse pleinement de ses droits fondamentaux, le thème de cette édition intitulé : «Aucun enfant laissé pour compte pour le développement de l’Afrique », invite plus que jamais à ne marginaliser aucun de ces jeunes.

« Tous les enfants sont égaux et ils ont équitablement droit au bien-être et à l’épanouissement. Ni leurs origines, ni leurs conditions de vie et encore moins leur sexe ne doivent constituer des éléments de discrimination », a souligné le Minas.

D’ailleurs au Cameroun, l’enfant a de tout temps occupé une place de choix dans le fonctionnement des institutions. « Tout doit être mis en œuvre pour que tous les enfants vivant en zone urbaine comme en zone rurale puissent avoir accès au service social de base ou de manière générale à la protection sociale», a fait savoir Pauline Irène Nguene.

Pour cette cause commune à la protection de l’enfant, elle a tenu à remercier les différents partenaires qui accompagnent son département ministériel sur tous les plans. Elle leur a recommandé une mobilisation accrue pour renforcer le mécanisme de la protection des enfants.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie