Chantiers de l’Extrême-Nord: évolution en dents de scie

C’est le constat général au terme d’une visite de travail de trois jours du ministre des Marchés publics dans la région.

Read also : CAN Total Energies 2021 : la CAF rassure

Près de 150 milliards de F, c’est le montant des marchés dont l’Extrême-Nord bénéficie ces dernières années dans le cadre des mesures d’urgence prescrites par le chef de l’Etat en vue d’améliorer les conditions de vie des populations locales.

Read also : Lutte contre le chômage: Une nouvelle initiative voit le jour

C’est la réalisation de ces projets qu’Abba Sadou, le ministre délégué à la présidence chargé des Marchés publics (Minmap) est allé évaluer dans trois départements, du 4 au 6 juin dernier. Dans le Diamaré, et précisément à Maroua, il a visité les chantiers de construction du centre hospitalier régional, de 100 logements sociaux, du lycée technique, de l’université de Maroua, des services du gouverneur et de la route Maroua-Bogo.

Read also : Hémodialyse : la prise en charge a repris

Dans le Mayo-Danay, le ministre a visité une multitude de chantiers ouverts dans le cadre du Projet d’urgence de lutte contre les inondations (PULCI), avant de terminer par le Mayo-Sava où l’état d’avancement des travaux de réhabilitation de la route Maroua-Mora et Dargala-Tokombéré était au menu.

Read also : Exécution du budget d’investissement public : performance appréciable en 2020

La réhabilitation du barrage de Maga, la construction de la digue le long du fleuve Logone ont aussi été visités.  Des travaux initiés suite aux inondations de 2012, qui avaient suscité le déplacement du chef de l’Etat sur les lieux.

Read also : Fête nationale du 20 mai : communion spirituelle

«Il avait alors instruit de procéder à la protection des populations par la construction de la digue, la construction des cases pour permettre aux populations victimes de ces inondations d’être décemment logées », a précisé le ministre Abba Sadou. 

Read also : Dépistage des voyageurs : soupçons de trafic des résultats

Certains chantiers, du fait du gros retard accusé ou de malfaçons enregistrées, ont suscité le courroux du ministre qui n’a pas manqué de rappeler les acteurs à l’ordre. Notamment le chantier des logements sociaux ou du centre hospitalier régional.

Read also : 49e Fête nationale : pas de cérémonies officielles

Mais pour d’autres, comme la construction de l’Université de Maroua ou la route Maroua-Bogo, le patron de la passation des marchés, en tant que responsable du suivi de leur exécution sur le terrain a dit sa satisfaction.

Read also : Lutte contre le coronavirus : la situation se stabilise à nouveau

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category