Comment mieux protéger les femmes en Migration

Les ministres africains et des experts en charge de ces questions réfléchissent à ce sujet depuis lundi à Yaoundé, sous la présidence du MINRESI, Dr Madeleine Tchuinté. 

En donnant le coup d’envoi solennel de ces assises au nom du Premier ministre, chef du gouvernement, lundi après-midi à Yaoundé, Dr Madeleine Tchuinté, ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation a été claire. « J’espère que de vos échanges, émergera une somme de connaissances susceptibles de nous permettre de juguler et de réduire les phénomènes migratoires de masse dus à l’insécurité. Et partout où il y a déjà des migrants, proposez des moyens de réduire leurs difficultés », a-t-elle insisté.
En effet, être obligé de quitter son domicile du fait de l’insécurité n’est pas aisé. Si les hommes arrivent généralement à s’en sortir, les femmes et les jeunes sont vulnérables. Et arrivés dans le pays d’accueil, c’est la misère et la souffrance au quotidien. Si au Cameroun par exemple, le gouvernement a mis en place des camps de réfugiés où le minimum vital leur est apporté, ailleurs cela ne semble pas le cas. Nada Al-Nashif, sous-directeur général secteur des sciences sociales et humaines de l’Unesco, indique ainsi que les assises organisées sous l’égide du programme Management of Social Transformations (MOST), de l’Unesco et sous la coordination du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi) visent un partage de savoir-faire. « Il y a beaucoup à apprendre des autres. C’est pour faciliter l’échange d’expérience entre les diff&...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category