Une ère nouvelle

Bulletin

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

Le document commun signé hier par les présidents Donald Trump et Kim-Jong Un est à la mesure des attentes suscitées par la rencontre historique entre les dirigeants américain et nord-coréen.

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

L’axe majeur qui émerge de cet accord conjoint est l’engagement des Etats-Unis et de la Corée du nord à établir de nouvelles relations entre leurs deux pays conformément au souhait de paix et de prospérité exprimé par leurs peuples.

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

La volonté de dénucléarisation et de paix dans la péninsule coréenne  et partant dans le monde a été clairement exprimée lors de la rencontre des chefs d’Etat norde–coréen, Kim Jong-un, et sud-coréen, Moon Jae-In, du 27 avril dernier dans la ville transfrontalière et emblématique de Panmunjom.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

C’est aux alentours de cette cité qu’une zone tampon fortifiée avait été érigée  à l’issue de la guerre de Corée qui avait opposé les deux Etats du 25 juin 1950 au 27 juillet 1953. Le conflit ayant déchiré les deux nations fut si durement ressenti qu’il fut perçu comme l’un des premiers conflits de la guerre froide.

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

Il impliqua tellement d’alliés que la Corée du Nord et les Etats-Unis se sont engagés à rapatrier les dépouilles des militaires américains disparus au combat.

Read also : Council Police: Decentralisation Minister Puts Order

Encore faut-il ajouter que ce conflit dévastateur s’est achevé en 1953 par un simple armistice et non par un accord de paix en bonne et due forme. Il ne faut pas oublier que la rencontre entre les deux voisins est intervenue à l’issue de 65 années de méfiance et de suspicion et au terme de nombreuses rencontres entre les délégations des deux pays et des visites importantes .

Read also : Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

Au-delà des sanctions onusiennes contre le régime nord-coréen, le rapprochement entre les deux Corées lançait ainsi le processus de dénucléarisation et de pacification de la péninsule coréenne. Pour montrer sa détermination à œuvrer dans le sens de la dénucléarisation, la Corée du nord a démantelé, le 24 mai dernier, le site nucléaire de Punggye-ri.

Read also : Lionnes indomptables: Les leçons d’une élimination

Le sommet Donald Trump–Kim Jong-un était indiqué pour persévérer dans le sens de la dénucléarisation et de la pacification et donc celui de la reconstruction de la paix dans cette zone naguère meurtrie. Sans aucun doute, il s’agit d’un agréable et exaltant devoir. Du côté américain, on envisage la fin des exercices militaires conjoints américano sud coréens dont le caractère provocateur était avéré. Pour leur part, les Nord-coréens estiment que le sommet du 12 juin « ouvre une nouvelle ère ».

Read also : Chemin de fer: Il est urgent de sécuriser

On n’en attendait pas moins. Même s’il n’est pas question d’être optimiste outre mesure, il ne s’agit pas non plus d’être pessimiste en alléguant que le régime nord-coréen, ayant bâti son existence sur le raffermissement de son programme nucléaire, n’acceptera pas de le démanteler complètement.

Read also : Délinquance en milieu scolaire: Des solutions en débat

Toujours est-il que les Américains et les Nord-coréens seront jugés, comme le maçon, au pied du mur, sur leur détermination à transformer leurs propositions de dénucléarisation et de pacification en actes concrets.

Read also : Ouverture démocratique: 30 ans de multipartisme

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category