Sortie de crise au Togo:la société civile et la diaspora impliquées

 Les deux plateformes proposent la mise en place des institutions de transition pour sortir le pays de l’impasse actuelle.

La rencontre de samedi à Lomé à l’initiative de la société civile et des organisations de la diaspora togolaise a débouché sur la rédaction d’un mémorandum de sortie de crise dans le pays. Un document que ses initiateurs entendent soumettre sous la forme d’un plaidoyer à Nana Akufo-Addo, président du Ghana, et Alpha Condé, président de Guinée, facilitateurs désignés de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

A en croire les organisateurs de ladite rencontre, ces travaux ont permis d’identifier les principaux points de blocage à cette crise qui secoue le Togo depuis le 19 août 2017. «Nous avons identifié le problème de mauvaise gouvernance.

Nous avons aussi mis l'accent sur le fait que les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales ont même fait l'objet de plusieurs accords qui ont été signés auparavant.

Toutes ces réformes n'ayant pas été mises en exécution font que le Togo se retrouve dans une situation vraiment difficile», souligne le Pr David Dosseh, président du Front citoyen Togo debout. «Il y a un état de méfiance de la population vis-à-vis de ses dirigeants et elle ne peut être réparée que s'il y a des institutions de transition qui viennent remettre de l'ordre dans les institutions de la République et surtout maintenant organiser des élections que nous voulons transparentes, une fois pour notre pays», ajoute Pierre Kpodar, coordinateur de la coalition de la diaspora togolaise.

Après quatre semaines de pourparlers et seulement trois rencontres entre principaux acteurs sans véritable issue de sortie de crise, il est clair que le dialogue doit être dynamisé. Alors que le président Faure Gnassingbé souhaite se représenter en 2020 pour un quatrième mandat, l’opposition brandit un non catégorique et souligne qu’un autre mandat   n’est plus possible pour lui.

Face à ce blocage, les deux médiateurs envisagent de proposer aux protagonistes une feuille de route le 31 juillet prochain en marge du sommet conjoint Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest-Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sur la sécurité prévu à Lomé.

Pour les deux facilitateurs, il faut absolument sortir de l’impasse actuelle surtout que depuis 1990 jusqu’à ce jour, le Togo a connu 27 dialogues initiés entre acteurs politiques.  
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie